FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum
FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
PAGE PRINCIPAL http://solitude.leforum.eu
FLUX RSS http://solitude.leforum.eu/rss.php
L'enfer existe. Il est impossible de représenter fidèlement la conception biblique de l'au-delà sans l'évoquer

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> LES RELIGIONS ET SECTES -> Les infos -> Les TEMOINS de JEHOVA
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PASTEUR



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 1 403

MessagePosté le: Sam 6 Nov - 12:34 (2010)    Sujet du message: L'enfer existe. Il est impossible de représenter fidèlement la conception biblique de l'au-delà sans l'évoquer Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
L'enfer existe. Il est impossible de représenter fidèlement la conception biblique de l'au-delà sans l'évoquer.
 


Combien il serait plus facile de penser que cette notion n'est qu'une invention des religieux afin de pouvoir mieux exercer leur autorité sur leurs sujets ! J'aimerais pouvoir dire à tous ceux qui lisent ce livre :
Ne vous inquiétez pas. Tôt ou tard, nous nous retrouverons tous ensemble dans la lumière resplendissante du paradis.

Mais force est de constater que le Christ parle autrement. Et si nous sommes sincères dans notre désir de connaître sa pensée, nous sommes obligés de l'écouter même quand nous trouvons son message désagréable ou en désaccord avec notre avis personnel. Dick Dowsett, dans ses entretiens avec un jeune chrétien qui avait émis des doutes concernant de la perdition, écrit :
Tu ne parais même pas connaître la source réelle de l'enseignement de la Bible sur l'enfer et la perdition! Tu sembles vouloir l'opposer aux déclarations de Jésus, mais en fait, presque tout l'enseignement de L'Ecriture sur l'enfer provient des propos de Jésus lui-même. Si tu ne veux pas d'une doctrine sur l'enfer, tu refuses l'enseignement de Jésus. Si Jésus s'était trompé à ce sujet, nous n'aurions aucune raison de nous fier aux affirmations plus attrayantes pour nous (1). Certes, Jésus est venu annoncer un message d'amour, de paix, et de pardon. Le monde a bien besoin d'entendre clairement cette bonne nouvelle. Mais chacun doit aussi savoir ce qui l'attend au-delà du tombeau devant le Juge de l'univers, afin de pouvoir s'y préparer. Jésus et ses disciples nous ont laissé de solennels avertissements, et nous devons y faire attention.

I.La description biblique : De nouveau, il est nécessaire de bien distinguer entre les déclarations retenues des auteurs bibliques et les pitoyables rajouts imaginés par les religieux des siècles suivants. Quand nous lisons les descriptions repoussantes et délirantes de Dante et d'autres écrivains du Moyen Âge, quand nous voyons les dessins absurdes de tortures entre les mains de diables, nous comprenons facilement pourquoi peu de gens aujourd'hui croient à de telles atrocités. La perspective biblique est bien différente, mais loin d'être rassurante. Quelle est alors la conception de l'enfer présentée par Jésus et ses disciples ? Essayons de résumer brièvement leur enseignement et de comprendre autant que possible le sens de leurs paroles.


1.Lieu de séparation : Ceux qui vont en enfer seront à tout jamais bannis de la présence de Dieu. Ils entendront, et parfois avec étonnement, Jésus qui leur dira :

Je ne vous ai jamais connus, retirez-vous de moi, vous qui commettez l'iniquité (2).
L'apôtre Paul décrit d'une manière semblable la fin réservée à ceux qui ne connaissent pas Dieu et qui n'obéissent pas à son message de pardon : Ils auront pour châtiment une ruine éternelle, loin de la face du Seigneur et de la gloire de sa force...(3)
Nous verrons plus loin la question de la durée de l'enfer. Pour l'instant, relevons seulement cette description de l'enfer comme un éloignement de la présence de Dieu. Beaucoup de personnes, par leur attitude autant que par leurs paroles, ne veulent pas que Dieu se mêle de leur vie. L'enfer n'est rien d'autre que l'aboutissement d'une existence qui tenait toujours son Créateur à l'écart. Mais Dieu est la source de tout ce qui est juste et bon. Il est lumière ; il est amour ; il est la source de toute joie, de toute vie. S'éloigner de lui, c'est se priver de ses qualités. A vrai dire, toute autre description de ce lieu terrible prend comme point de départ cette séparation.
1.Lieu de ténèbres, de pleurs, et de grincements de dents :
Jésus, commentant le triste état spirituel de ses concitoyens, a dit un jour à ceux qui le suivaient :
Or, je vous déclare que plusieurs viendront de l'orient et de l'occident, et seront à table avec Abraham, Isaac et Jacob, dans le royaume des cieux. Mais les fils du royaume seront jetés dans les ténèbres du dehors, où il y aura des pleurs et des grincements de dents (4). Nous retrouvons d'ailleurs ces mêmes termes descriptifs dans cinq autres discours de Jésus (5). Comment les comprendre ? D'abord, nous apercevons à la base l'idée d'une séparation contenue dans ce mot effroyable du dehors.
Les ténèbres sont la conséquence inéluctable de cet éloignement de Dieu qui est lumière (6).
Les pleurs suggèrent le grand tourment de ceux qui s'y trouvent.
Mais ne nous laissons pas berner par les imaginations fertiles de certains ! Ni Jésus ni ses apôtres n'ont jamais parlé de tortures en enfer, mais plutôt de ses tourments. Il n'est jamais question de démons qui s'amusent à faire du mal aux damnés. Cette image de l'enfer, inventée par les hommes superstitieux du moyen âge, n'a aucun fondement biblique. Car les pleurs et le tourment de l'enfer viennent du dedans ; les douleurs d'un être qui s'est obstiné dans son rejet de Dieu et qui récolte en fin de compte ce qu'il a semé.
Pareillement, les grincements de dents, dans le langage de l'époque, étaient toujours une expression de colère plutôt que de tristesse. Il ne décrit donc pas l'agonie des condamnés, mais leur attitude de mécontentement, de rancune, et de haine.

Il existe alors une triste ironie par rapport à l'idée courante de l'au-delà. Aujourd'hui nous entendons souvent des personnes qui, pour justifier un refus du message de Christ concernant la vie éternelle, disent :
Je n'ai aucune envie de l'immortalité. A quoi bon prolonger cette existence misérable remplie d'égoïsme, de haine, et d'injustice ?
Mais c'est précisément le sort de celui qui persiste dans sa révolte consciente ou inconsciente contre son Créateur. D'où l'horreur de l'enfer : des hommes et des femmes livrés à eux-mêmes, coupés de tout contact avec Dieu qui seul peut donner de la valeur à la vie. C'est pour cela que l'enfer est aussi appelé dans la Bible la seconde mort(7). Mais n'attribuons pas à cette dernière expression une signification qui est colorée par la conception populaire de la mort aujourd'hui. Car la mort dans la Bible, comme nous l'avons déjà constaté, ne signifie pas l'anéantissement. Elle se définit plutôt par la séparation.
La mort physique, c'est la séparation du moi de son enveloppe provisoire, le corps.
La mort spirituelle, c'est l'état d'éloignement d'avec Dieu. Voilà pourquoi certains textes bibliques parlent des vivants comme étant déjà morts à cause de leurs injustices ( 8) .

1.Le feu :
Les écrivains bibliques utilisent un autre terme descriptif de l'enfer : le feu. Jésus l'a souvent évoqué, comme l'indiquent ces deux exemples :
Or, comme on arrache l'ivraie et qu'on la jette au feu, il en sera de même à la fin du monde. Le Fils de l'homme enverra ses anges, qui arracheront de son royaume tous les scandales et ceux qui commettent l'iniquité, et ils les jetteront dans la fournaise ardente, où il y aura des pleurs et des grincements de dents. Matthieu 13.40-43
Ensuite (Jésus) dira à ceux qui seront à sa gauche : Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges.
Matthieu 25.41


De la même manière, Jean décrit le sort final des méchants comme un lac de feu :
Puis je vis un grand trône blanc, et celui qui était assis dessus. La terre et le ciel s'enfuirent devant sa face, et il ne fut plus trouvé de place pour eux. Et je vis les morts, les grands et les petits, qui se tenaient devant le trône. Des livres furent ouverts. Et un autre livre fut ouvert, celui qui est le livre de vie. Et les morts furent jugés selon leurs oeuvres, d'après ce qui était écrit dans ces livres. La mer rendit les morts qui étaient en elle, la mort et le séjour des morts rendirent les morts qui étaient en eux, et chacun fut jugé selon ses oeuvres. Puis la mort et le séjour des morts furent jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort, l'étang de feu. Quiconque ne fut pas trouvé écrit dans le livre de vie fut jeté dans l'étang de feu.Apocalypse 20.11-15
Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les débauchés, les magiciens, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l'étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.
Apocalypse 21.8

Que faut-il comprendre par ces paroles ? Existe-t-il vraiment un lac avec des flammes physiques qui brûlent sans jamais s'éteindre, ou est-ce que ce sont des termes à interpréter symboliquement ? C'est une question à laquelle personne ne peut donner une réponse définitive, et qui de toute façon ne change pas grand-chose. Certains interprètes voient dans les flammes une image de passions et de convoitises qui ne peuvent jamais être satisfaites. Peu importe la signification exacte ! Qu'il soit symbolique ou physique, ce lac du feu n'a rien d'attrayant ! Il est inutile de tenter d'expliquer ce que Dieu ne révèle pas. Ces avertissements ne sont pas donnés pour attiser notre curiosité, mais pour nous détourner de la voie large qui mène à cette perdition (9).
1.La Géhenne :
C'est par ce mot que Jésus désigne le plus souvent l'enfer. Il dit, par exemple, :
Si ta main est pour toi une occasion de chute, coupe-la ; mieux vaut pour toi entrer manchot dans la vie, que d'avoir les deux mains et d'aller dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint point. Si ton pied est pour toi une occasion de chute, coupe-le ; mieux vaut pour toi entrer boiteux dans la vie, que d'avoir les deux pieds et d'être jeté dans la géhenne, dans le feu qui ne s'éteint point (10). D'où vient ce mot géhenne et que signifie-t-il ? Dans la langue hébraïque, c'était tout simplement le nom d'une vallée au sud-ouest de Jérusalem, la vallée de Hinnom, dans laquelle des rois idolâtres de Juda offraient des sacrifices humains au dieu Moloch (11). Le prophète Jérémie plus tard prononcera des malédictions contre ce lieu à cause des activités détestables que l'on y pratiquait (12). Peu à peu cette vallée est devenue le dépôt d'ordures de la ville de Jérusalem, un lieu impur d'où montait continuellement la fumée nauséabonde de ses détritus qui brûlaient. Déjà dans les siècles avant Jésus, la Géhenne est devenue le symbole du séjour des condamnés. Comme certains l'ont suggéré, cette expression pourrait signifier non seulement l'aspect désagréable de l'enfer, mais très probablement aussi la déchéance de ceux qui y sont (13). Dans une décharge publique, on jette les déchets, ce qui n'a plus de valeur.

Tous ces termes nous montrent combien l'enfer paraît affreux et répugnant. Il faut sans cesse se rappeler que le Seigneur en parle, non par esprit vindicatif, mais par amour, pour avertir et délivrer. En général, nous sommes assez doués pour reléguer aux oubliettes ce qui nous contrarie. Mais quand il s'agit d'un danger que nous pouvons éviter en usant d'un peu de prévoyance, il est de notre intérêt de nous laisser avertir. Certes, il faut du courage pour accepter de la part du médecin ce verdict redoutable : C'est un cancer. Mais quel intérêt de le refuser, surtout si, par les soins qu'il suggère, nous pouvons être guéris ? De la même manière, nous pouvons nous laisser avertir par les paroles solennelles de Jésus-Christ, et trouver auprès de lui un accueil dans le paradis, afin de pouvoir échapper à ce juste jugement que chacun de nous mérite.

I.Trois questions troublantes : Avant de clore le sujet de l'enfer, il est nécessaire de considérer trois questions fréquemment posées concernant la durée de l'enfer.

 
1.Anéantissement ou châtiment éternel ? Vu la description terrible de la perdition dans les Écritures, d'aucuns préfèrent croire que ces textes ne décrivent pas un état de châtiment éternel, mais plutôt le moyen que Dieu utilise pour anéantir ceux qui s'opposent à lui. C'est la position, par exemple, des Témoins de Jéhovah. Le lac de feu, les ténèbres du dehors, la séparation d'avec Dieu, et la mort, selon eux, ne sont pas un état, mais expriment le jugement ponctuel et la destruction des rebelles. Cette position a l'avantage d'être moins désagréable à notre esprit, mais malheureusement elle est difficile à défendre quand nous lisons les textes bibliques sans a priori. Si la mort était la fin de tout pour les perdus, pourquoi Jésus parlerait-il de l'enfer comme une destinée à craindre beaucoup plus, en disant :

Ne craignez pas ceux qui tuent le corps et qui ne peuvent tuer l'âme ; craignez plutôt celui qui peut faire périr l'âme et le corps dans la géhenne ? (14)
Dans un autre passage, il affirme que les condamnés iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle (15). Et l'apôtre Paul écrit que le châtiment réservé à ceux qui ne connaissent pas Dieu est une ruine éternelle loin de la face du Seigneur (16). C'est vrai, nous ne connaissons que très peu de choses concernant l'enfer. Mais ces quelques textes semblent clairement indiquer que tous, sauvés et condamnés, sont immortels, et que la terreur de l'enfer consiste précisément dans cette éternelle séparation d'avec Dieu.
1.Salut universel ? Une autre position qui tente énormément est celle qui consiste à dire qu'éventuellement, tous seront sauvés, que Dieu dans son amour donnera d'autres occasions de repentance après la mort aux habitants de l'enfer. Ce lieu terrible ne serait alors qu'un lieu de châtiment provisoire, une étape sur le chemin du paradis (17). Mais de nouveau, une étude honnête des Écritures nous conduit à la conclusion qu'elles n'offrent aucun espoir de changement après la mort, aucune indication que les hommes auraient une seconde chance.
C'est vrai, Dieu n'a pas révélé tous les détails concernant ses jugements, mais les versets que nous venons de citer montrent que le châtiment de l'enfer est éternel. Quelle folie alors de s'appuyer sur une vague espérance d'une possible délivrance future quand les Écritures n'en parlent pas ! Le message de Dieu retentit à travers les pages de la Bible : Voici maintenant le temps favorable, voici maintenant le jour du salut (18). Il faut décider maintenant, avant qu'il ne soit trop tard.

1.Incompatible avec l'amour de Dieu ? Toutes les tentatives de contourner les déclarations claires de Christ au sujet de l'enfer sont dues à cette répugnance devant un châtiment irrévocable qui pourrait nous sembler trop sévère. L'argument est simple et puissant : Une mère qui aime son enfant ne pourrait jamais accepter de le punir d'une telle manière - combien moins Dieu, dont l'amour dépasse celui d'une femme !

Il est certain que si l'idée de l'enfer contredit la vérité de l'amour de Dieu, elle est à rejeter. Mais est-ce bien le cas ? Est-il réellement possible que Jésus, quand il a parlé si clairement à la fois de l'amour de Dieu et de son jugement terrible, ait émis des idées contradictoires ? Ou faut-il peut-être revoir nos conceptions de l'amour et de la justice de Dieu ? Une vérité demeure fondamentale dans toute la Bible : Dieu est juste, miséricordieux et parfait dans tout ce qu'il fait. Il est animé d'un grand amour envers toutes ses créatures. Mais qui sera assez compétent pour lui dire ce qui est juste ? Une mère, parfois pour des raisons tout à fait égoïstes, ne porterait pas un jugement contre son fils meurtrier et violeur. Mais un juge qui est juste n'hésiterait pas à lui imposer la peine la plus sévère, et cela avec l'entière approbation des mères des victimes.
Chacun de nous peut croire ce qu'il veut, mais en réalité, nos opinions n'ont pas beaucoup de poids. Je ne suis pas capable de déterminer ce qui est juste. Mais je suis profondément convaincu que Dieu a révélé dans la Bible sa pensée, et que cette révélation comprend le châtiment éternel aussi clairement que la vie éternelle.

Une grande partie de notre problème réside dans une ignorance de la gravité de nos injustices par rapport aux exigences de la justice parfaite de Dieu. Paul, parlant des jugements de Dieu contre le peuple d'Israël, conseille :
Considère donc la bonté et la sévérité de Dieu...(19)
Une connaissance véritable de Dieu nous oblige à tenir compte de ces deux attributs de son être. Autrement nous adorons un dieu créé par notre imagination. Le Dieu que nous révèlent les Écritures est un Juge d'une justice implacable qui prouve son amour envers nous, non par un pardon lâche et injuste, mais en acceptant de payer lui-même le jugement que nous méritons. Nous lisons dans la lettre de Paul aux Romains que lorsque nous étions encore ses ennemis, Christ est mort à notre place, subissant ainsi toute la colère de la justice divine qui nous incombait :
A peine mourrait-on pour un juste ; quelqu'un peut-être mourrait-il pour un homme de bien. Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. A plus forte raison donc, maintenant que nous sommes justifiés (déclarés non-coupables) par son sang, serons-nous sauvés par lui de la colère (20).
Dieu nous aime, et dans son amour il a payé à grand prix la dette énorme que nous avions accumulée envers sa justice, afin de nous délivrer de cette destinée terrible que nous méritons. Il nous supplie d'accepter cette grâce, sinon il ne nous reste pas d'espoir.
... comment échapperons-nous en négligeant un si grand salut ? (21) (1) Dowsett, "Dieu, C'est injuste !", page 54
(2) Matthieu 7.23
(3) 2 Thessaloniciens 1.9
(4) Matthieu 8.12
(5) Matthieu 13.42 ; 13.50 ; 22.13 ; 24.51 et 25.30
(6) 1 Jean 1.5
(7) Apocalypse 20.14 ; 21.8
( 8) Éphésiens 2.1 ; 1 Timothée 5.6
(9) Matthieu 7.13
(10) Marc 9.43-46
(11) 2 Chroniques 28.3 ; 33.6
(12) Jérémie 7.32 ; 19.6
(13) Dowsett, Dieu, C'est injuste !, page 69
(14) Matthieu 10.28
(15) Matthieu 25.46
(16) 2 Thessaloniciens 1.9
(17) Deux passages un peu obscurs sont cités à tort pour appuyer l'idée d'une deuxième occasion de repentance après la mort : 1 Pierre 3.20 et 4.6. Une étude approfondie de ces versets dans leur contexte conduit à une toute autre conclusion. De toute façon, fonder un espoir d'une délivrance de l'enfer sur deux textes si énigmatiques semble peu sage, surtout face au témoignage clair des textes que nous venons de considérer. Le lecteur qui voudrait en savoir davantage devrait consulter un commentaire biblique sur ces textes.
(18) 2 Corinthiens 6.2
(19) Romains 11.22
(20) Romains 5.6-10
(21) Hébreux 2.3



Revenir en page d'ACCUEIL
http://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 22:19 (2016)    Sujet du message: L'enfer existe. Il est impossible de représenter fidèlement la conception biblique de l'au-delà sans l'évoquer

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> LES RELIGIONS ET SECTES -> Les infos -> Les TEMOINS de JEHOVA Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com