FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum
FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
PAGE PRINCIPAL http://solitude.leforum.eu
FLUX RSS http://solitude.leforum.eu/rss.php
Le chrétien est un voyageur sur la terre

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> Vie Chrétienne -> Nous SOMMES ETRANGERS et des VOYAGEURS sur la TERRE...
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PASTEUR



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 1 403

MessagePosté le: Dim 8 Jan - 10:08 (2012)    Sujet du message: Le chrétien est un voyageur sur la terre Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Le chrétien est un voyageur sur la terre

1 Pi 2 v 11 : « Bien-aimés, je vous exhorte, comme étrangers et voyageurs sur la
terre, à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l'âme. »


« Vive les vacances ! » On dit en France ; et enfin les voilà arrivées. C’est
l’époque des voyages : des trajets en voiture, du camping, voyages en avion, même
des séjours à l’étranger. Avec tous ces voyages et ces voyageurs, nous sommes
bien disposés, je crois, à comprendre le langage de la Bible en 1 Pi 2 v 11.
Pour Pierre, il n’y pas que les Français pendant le mois d’août, mais aussi ces
chrétiens auxquels il écrit, qui sont des voyageurs, et ce n’est pas la seule fois
que Pierre s’adresse à eux comme tels : v1, Pierre, apôtre de Jésus -Christ, à
ceux qui sont étrangers (voyageurs). Encore en v17, conduisez-vous avec
crainte pendant le temps de votre séjour sur la terre, ou plutôt « pèlerinage »
comme Segond a mis. Non seulement Pierre parle ainsi, mais nous trouvons la
même expression en Héb 11v13 : « C'est dans la foi qu'ils sont tous morts…,
reconnaissant qu'ils 'ils étaient étrangers et voyageurs sur la terre ». Il est
question ici, d’Abraham, Isaac et Jacob, qui littéralement, ont voyagé toute leur
vie comme des étrangers ; ils ont vécu sous tentes, voyageant de lieux en lieux,
sans jamais s’installer quelque part jusqu’à leur mort (et certains ont même
insisté à voyager après leur mort, au moins leur dépouille, à quel point ils
étaient étranger et voyageur sur la terre).
Le chrétien est donc un voyageur sur la terre. Toute sa vie n’est qu’un
pèlerinage, un voyage vers une destination. Nous voulons adopter cet état d’esprit
de voyageur et avancer ensemble dans le voyage.
Et pour cela, j’aurai d’abord quelques explications pour le voyage, ensuite,
quelques exhortations, et enfin quelques encouragements.
I. Je commence avec QUELQUES EXPLICATIONS concernant le voyage.
Pourquoi faut-il se considérer comme un voyageur sur cette terre ?
Déjà, qu’on soit chrétien ou pas, ce monde n’existe que comme une
préparation au suivant. Pour tout homme, ce monde n’est qu’un chemin. En Math
7, Jésus parle de deux chemins sur lesquels se trouve tout homme, un chemin
spacieux, très fréquenté par la plupart qui mènent à la perdition, et un chemin
resserré, fréquenté par peu, qui mènent à la vie. Il voulait dire par cela que tout le
monde pendant sa vie est sur un chemin qui mène quelque part, et que les jours de
notre existence ne sont qu’un progrès sur ce chemin. Chaque minute vécue est un
pas de plus sur un de ces chemins vers les deux destinations possibles : soit à la
vie éternelle, soit à la perdition éternelle.
Alors, dans ce sens, tout le monde est un voyageur sur cette terre, qu’on le
veuille ou non.
Toutefois, le chrétien en particulier est un voyageur sur cette terre. Devenir
chrétien s’est, être arraché du présent siècle mauvais et suivre Jésus dans le
chemin qui mène au ciel. Un chrétien, c’est quelqu’un qui, cherche, qui « désire une
meilleure patrie, une patrie céleste ». Un chrétien est un « citoyen des cieux » et
donc, il sait qu’il est un exil sur cette terre. Un chrétien sait que son corps n’est
qu’une tente provisoire. Il sait que « si cette tente est détruite », il a une demeure
éternelle dans le ciel. Un chrétien sait que « les choses visibles sont passagères,
les choses invisibles sont éternelles. » Il sait que sa vie n’est « qu’une vapeur qui
paraît pour peu de temps qui disparaît ensuite, » chose qu’il prend en considération
quand il s’installe quelque part ou qu’il envisage quelque chose. Un chrétien sait
qu’il y a un repos (des vacances) réservé au peuple de Dieu, et il s’empresse
d’entrer dans ce repos. Un chrétien n’amasse pas des trésors sur la terre, mais il
les envoie devant lui dans le ciel pour attendre son arrivée.
Être chrétien, c’est être un voyageur. Il n’est donc pas étonnant, d’ailleurs,
que, après la Bible, l’ouvrage chrétien le plus connu et le plus apprécié soit le
Voyage du Pèlerin de John Bunyan. Pourquoi ? Parce que son image du pèlerin
explique tellement parfaitement la vie chrétienne. Dans cette histoire allégorique,
nous voyons le caractère principal, qui s’appelle Chrétien, quitter sa ville, ses biens,
même sa famille, et se mettre en route pour le ciel avec toutes les aventures et les
mésaventures qui puissent arriver. En cela, il représente tout chrétien, qui depuis le
jour de sa conversion jusqu’au jour de sa mort, est un étranger et un voyageur sur
cette terre.
II. Non seulement la Bible explique bien notre situation de voyageurs,
mais elle donne aussi QUELQUES EXHORTATIONS, quelques
recommandations, aux voyageurs.
1. Commencer tôt. Ceux qui partent en voyage pour les vacances aiment
commencer tôt. Il faut commencer tôt pour être tranquille, pour ne pas arriver trop
tard, pour trouver encore la place, pour prévoir les imprévus.
Le voyage de la vie chrétienne mérite cette même précaution. Commencez
tôt dans la vie. On ne peut jamais commencer trop tôt, par contre, on peut
commencer trop tard, Eccl 12 v 1 : Mais souviens-toi de ton créateur pendant les
jours de ta jeunesse, avant que les jours mauvais arrivent et que les années
s'approchent où tu diras: Je n'y prends point de plaisir. Alors, n’attendez pas la
dernière minute pour partir, parce que souvent dans ce cas-là, on ne part pas.
Commencez tôt et puis n’arrêtez pas en chemin. Quel vacancier, quel
voyageur s’arrête et s’installe dans une aire du repos pendant des semaines et des
semaines ? Non, une aire de repos, c’est pour faire le plein, se ressourcer, mais on
repart, on ne s’y attarde pas.
Mais combien de chrétiens se sont arrêtés là où ils sont ! Ils ne font plus de
progrès spirituel, ils n’avancent pas en sainteté, en connaissance, en consécration.
Ils se sont garés à l’aire du repos et ils comptent y rester jusqu’à la fin de leurs
jours. Courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte. Notre
voyage devrait être l’activité principale de tous les jours.
2. Prenez la bonne route. Si vous avez prévu des vacances à la mer
méditerranéenne, vous n’allez pas prendre pas la route de Paris ! Mais combien
sont-ils qui prennent la mauvaise route sur le voyage de la vie – ils prévoient d’aller
au ciel, mais ils prennent la route d’Enfer, et chaque jour, ils ne font que voyager
vers l’enfer ; depuis l’enfance à la mort, ils avancent, ils avancent, mais sur le
chemin qui mène à la mort. Dieu nous a donné la vie, la santé, l’intelligence, la
connaissance, les moyens pour nous aider à voyager vers le ciel ; quelle folie
d’appliquer toutes ces choses pour cheminer directement vers l’enfer du matin au
soir tous les jours de sa vie !
Très bien, mais « comment pouvons-nous savoir le chemin ? » Thomas a
posé exactement cette même question, et Jésus a dit : Je suis le Chemin. La bonne
route, c’est Jésus-Christ.
La bonne route, c’est aussi, celle de la sainteté. Esaïe parle de cette route, en
35:8, il dit : Il y aura là un chemin frayé, une route, Qu'on appellera la voie sainte;
Nul impur n'y passera; elle sera pour eux seuls. C’est pourquoi Pierre a dit : Je
vous exhorte à vous abstenir des convoitises charnelles qui font la guerre à l’âme.
On peut être sûr qu’on se trompe de chemin si on cherche à satisfaire les
convoitises charnelles. Le chemin qui mène au ciel est un chemin céleste, une voie
sainte, et tout ce qui est mondain et impur ne s’y trouve pas.
3. Voyager léger. Personne en voyage ne déménage toute sa maison. On
prend le nécessaire, mais on ne prend pas tout : un coffre, une remorque si
nécessaire, mais c’est tout. Il faut faire un tri, et laisser certaines choses pour
mieux vivre le voyage et les vacances. Le voyage chrétien est une vie de
renoncement et de sacrifice, pour notre bien et notre bonheur. 1 Tim 6.7-9 est un
bon conseil pour tous les voyageurs.
Il est vrai que pendant le voyage, Dieu nous comble de bénédictions et de
biens, (la famille, les enfants, les amis, les biens, etc.) mais ce ne sont jamais des
fins en soi ; il ne nous les donne pas pour que nous puissions être bien installés
sur terre et s’attacher à ces choses, mais afin que nous puissions les utiliser pour
mieux avancer dans le voyage, et puis, après une courte utilisation, il nous invite à
les quitter. Attachez-vous aux choses d'en haut, et non à celles qui sont sur la
terre.
4. Renseignez-vous sur votre destination. Quand les gens partent en
vacances, en général, ils contactent l’office du tourisme de l’endroit et demandent
toutes sortes de renseignements sur les offres, les activités, l’hébergement et les
restaurants qui s’y trouvent. C’est toutes ces informations qui nous motivent à faire
le voyage.
Il appartient donc aux chrétiens qui voyagent vers le ciel de bien se
renseigner sur leur destination, et vous verrez que c’est une excellente motivation à
poursuivre le voyage. La destination du chrétien est le ciel et la présence de Dieu.
Connaissez-vous les activités qui y sont proposées ? Louer Dieu, régner avec
Christ, chanter avec les anges, contempler des paysages et des choses qui
dépassent toute imagination, etc. On n’a pas encore parler de l’hébergement : la
nouvelle Jérusalem, une place préparée par Jésus lui-même ! Et la restauration ! La
grande table du roi avec Abraham, Isaac et Jacob, et les noces de l’Agneau, les
fruits de l’arbre de vie, la manne cachée ! Sans oublier que dans tout cela, il n’y pas
de rentrée des classes, il n’y a pas le reprise de travail : c’est pour l’éternité !
Alors, renseignez-vous. Si vous avez une pauvre image du ciel, vous n’aurez
pas envie de partie et vous aurez du mal à faire le voyage. D’ailleurs, ceux qui
voyagent vers l’enfer feraient bien de mieux de renseigner sur leur destination
aussi.
III. Et enfin, QUELQUES ENCOURAGEMENTS pour le voyage. Il est
vrai que le voyage est fatiguant et souvent pénible, et que la route
est difficile et longue, mais Dieu offre de nombreux
encouragements aux voyageurs en chemin.
1. Vous avez droit aux compagnons de route. Vous êtes encouragés à
voyager en caravane (« une caravane : troupe de voyageurs qui
s'assemblent pour traverser une région désertique. ») Ça c’est l’église,
ce sont les frères et les soeurs. Il faut traverser cette région désertique
du monde, et pour cela on partage les frais, les peines, on se suit, et
ainsi le voyage se passe vite. Pour revenir au Voyage du Pèlerin,
Chrétien avait deux compagnons de route, un s’appelait Fidèle, et
l’autre Espérance, ce sont là deux encouragements à voyager
ensemble, cela nous aide à rester fidèle et cela nous permet d’espérer.
Faisons, comme la RATP, « un bout du chemin ensemble. »
2. Rappelez-vous que l’arrivée et la fin du voyage, c’est la mort. Pour un
chrétien, le moment où le voyage se termine et les vacances commencent, c’est la
mort. Pour beaucoup, la mort est la pire des choses, mais pour quelqu’un qui a
voyagé vers le ciel, qui a pris le bon chemin, il peut dire : « Le jour de la mort est
mieux que le jour de la naissance ».
Il est vrai que la mort est toujours entourée de tristesse, surtout lorsqu’il il
s’agit de nos chers, la famille, les proches amis, mais cette tristesse ne doit pas être
démesurée. S’ils sont arrivés avant nous à la destination, tant mieux pour eux ! Ne
pouvons-nous pas nous réjouir avec eux et espérer les rejoindre bientôt ? Paul dit
en 1 Thess. 4:13 : Nous ne voulons pas, frères, que vous soyez dans l'ignorance au
sujet de ceux qui sont décédés, afin que vous ne vous affligiez pas comme les
autres qui n'ont point d'espérance. Une certaine affliction est normale pour le
chrétien, mais pas une affliction comme les autres qui n’ont point d’espérance.
Dieu essuiera toute larme de [nos] yeux, et la mort ne sera plus; il n'y aura plus ni
deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu.
3. Nous y sommes bientôt. Les enfants demandent toujours : on est bientôt
arrivé ? Combien de fois nous demandons la même chose à notre conducteur
Jésus-Christ, et que dit-il ? Oui, bientôt. Je viens bientôt. « Encore un peu, un peu
de temps et celui qui doit venir viendra », encore quelques bornes, quelques
kilomètres... Nous sommes sur le point d’arriver. Rom 13:11 Maintenant le salut
est plus près de nous que lorsque nous avons cru. La nuit est avancée, le jour
approche. Et même s’il nous reste encore 5 ans, 10 ans, 20 ans, ce n’est rien à
côté de l’éternité : notre vie n’est qu’une vapeur.
4. Ce voyage se termine dans le bonheur et la satisfaction infinis. Un de mes
meilleurs souvenirs : se jeter dans le lac (la mer, la piscine) après un long voyage.
Au ciel, nous allons nous plonger dans l’océan de la présence de Dieu. Le dessein
final de Dieu, c’est d’être tout en tous. Il nous a créé pour lui-même et pour sa
gloire, il est notre souverain bien, il est notre bonheur suprême. Toutes les joies et
les bonheurs ici-bas (les vacances, la famille, l’église, les amis, la musique) ne sont
que des ombres, des gouttes infimes de ce que Dieu sera pour nous. Ce n’est qu’au
ciel, au terminus, lorsque nous serons amenés à lui, unis avec lui, où nous
atteindrons le but et la fin de notre existence, et il sera réellement tout en tous.
Déjà sur terre, le chrétien découvre que les plus grands plaisirs et les plus
grandes joies de la vie se trouvent près de Dieu, dans la communion avec Dieu : de
le connaître, le servir et le glorifier. Mais ici bas, notre communion et notre service
sont imparfaits, tâchés par le péché, estompé par notre tiédeur ; mais là-haut, nous
allons pouvoir enfin le connaître et le servir parfaitement, avec tout notre être,
toutes nos capacités, toutes nos affections, pour sa gloire éternelle, et ce sera
l’épanouissement total et infini de tout ce que nous sommes.
C’est pourquoi nous entreprenons ce voyage. C’est pourquoi nous pouvons
supporter quelques années comme des étrangers et des voyageurs. C’est pourquoi
nous ne nous arrêtons pas en chemin. C’est pourquoi nous nous abstenons des
convoitises charnelles – c’est pour augmenter notre bonheur là-haut.
Cela est-il votre destinée ? Etranger et voyageur sur la terre, mais citoyen au
ciel ? Ou est-ce le contraire ? Etranger au ciel ? Le tout, c’est de ne pas être un
étranger au ciel, et d’être renvoyé (comme font les US actuellement aux étrangers
sans visa) loin de sa présence.


 Samuel Niblack

Revenir en page d'ACCUEIL
http://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:20 (2016)    Sujet du message: Le chrétien est un voyageur sur la terre

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> Vie Chrétienne -> Nous SOMMES ETRANGERS et des VOYAGEURS sur la TERRE... Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com