FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum
FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
PAGE PRINCIPAL http://solitude.leforum.eu
FLUX RSS http://solitude.leforum.eu/rss.php
Cuthbert Dzingirai TEMOIGNAGE...La religion ne sauve pas

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> LES RELIGIONS ET SECTES -> Catholisisme
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
PASTEUR



Inscrit le: 27 Juil 2007
Messages: 1 403

MessagePosté le: Mer 2 Juil - 15:24 (2014)    Sujet du message: Cuthbert Dzingirai TEMOIGNAGE...La religion ne sauve pas Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
Cuthbert Dzingirai TEMOIGNAGE...La religion ne sauve pas

Beaucoup d'autres, comme moi, en quittant l'Eglise catholique ont tout sacrifié, y compris les relations familiales, le prestige, la sécurité et la vie sociale, pour l'amour de cette vérité à laquelle s'oppose l'Eglise catholique romaine. image


Des exercices de yoga douloureux, d'interminables méditations devant des cierges, des heures et des heures de durs travaux, des jeûnes infructueux, un accent démesuré sur la vie communautaire au point que l'individualité s'en trouve altérée : toutes ces choses me montraient que j'étais entré dans un des ordres religieux les plus stricts dont un prêtre puisse faire partie.

Ma famille n'était pas encore catholique au moment où je suis né à la fin de l'année 1965, lorsque nous sommes allés habiter une ferme près de la Mission de Gokomere au Zimbabwe. Je suis le quatrième enfant d'une famille qui compte quatre garçons et deux filles. J'ai reçu le nom de Chiomberegwa, ce qui signifie : "Celui qui est honoré". Dès notre arrivée à la ferme, on m'a baptisé et appelé Cuthbert, car ma famille était devenue catholique. C'était l'une des exigences auxquelles il fallait se plier pour s'installer à la mission et pour obtenir du travail auprès de l'Eglise.

Il était également obligatoire d'aller à l'église. Nos parents étaient obligés de nous envoyer à tous les offices ; la vie dans l'église et la vie de famille étaient pratiquement une seule et même chose. Parfois, dans le primaire comme dans le secondaire, les cours étaient supprimés pour cause de cérémonie à l'église. Quand j'étais au cours élémentaire, je ne faisais aucune distinction entre la vie de famille, la vie ecclésiale, et la vie scolaire, parce que si souvent, nous étions en présence de la Sœur Paula ou d'autres représentants de l'église. L'école primaire était dirigée par une religieuse, et l'établissement secondaire par un prêtre. Pour l'essentiel, c'étaient des religieux et des religieuses qui constituaient le personnel de ces établissements.

En grandissant, j'ai voulu devenir prêtre diocésain dans le clergé séculier. Très découragé de découvrir qu'il n'y avait pas de place pour moi au Grand Séminaire Régional, j'ai fini par entrer dans une congrégation religieuse. C'est seulement après quatre années d'études et au cours de ma deuxième année de noviciat à la Mission Gandachibvuva que j'ai compris la différence. Dans le clergé séculier, on insiste davantage sur la formation intellectuelle et on est nommé dans une paroisse pour servir dans le cadre d'un diocèse donné. Dans un ordre religieux, c'est à dire dans le clergé régulier, on vit en communauté et on a un horaire quotidien rigide qui comprend de longues périodes de méditation, avec une formation spirituelle approfondie. L'ordre des Frères Mineurs de St. François, dont j'étais devenu membre, était l'un des plus stricts, en raison du caractère austère de ses pratiques obligatoires.

Le noviciat se déroule à l'écart des activités quotidiennes de la vie ordinaire, et consiste en deux ans de formation sous l'œil vigilant d'un Maître des novices. Après le noviciat, on fait sa première profession en prononçant les trois vœux de pauvreté, de chasteté, et d'obéissance. Après cette première profession vient la première année, au cours de laquelle on doit prendre des décisions définitives en tenant compte des conseils de tous les professeurs qu'on a eus, ces professeurs qui ont façonné notre façon de penser. On reçoit également l'aide de conseillers. Tout au long de cette première année, chaque jour, en toute humilité, je réfléchissais à ma vocation et je l'examinais. Les trois vœux prononcés devant mes supérieurs et devant l'Eglise faisaient partie de mon "MANTRA", que je répétais à maintes reprises le matin quand je me levais pour méditer. Ils étaient devenus mon plus cher trésor ; c'était là un rituel important qui me distinguait des laïcs. Je pensais que ces vœux me rapprochaient de Dieu.

Quand j'ai commençé l'étude de la théologie scolastique, mon zèle et ma piété envers l'Eglise étaient encore plus intenses que lors de mon entrée dans l'ordre de St. François. Après deux longues années de cours approfondis et convaincants sur la mariologie, le Droit canonique, la vie religieuse et la prière, mon engagement personnel envers la foi catholique était plus fort que jamais. J'étais encore bien jeune et je n'avais aucune compréhension claire de la doctrine catholique, mais les principes un peu vagues que j'avais intégrés au cours du catéchisme se clarifièrent pendant ces années de formation religieuse. Ma piété mariale se fortifia, et je récitais le chapelet plus souvent même qu'on ne nous le demandait. J'étais vraiment très religieux, mais bien loin de Dieu.

J'ai commencé à vivre la plupart des enseignements de l'Eglise. Je croyais être chez moi dans l'Eglise catholique romaine. Le noviciat m'a aidé à développer ma relation personnelle avec l'Eglise. Avant de prononcer mes vœux, j'ai fait un peu d'apologétique, ce qui m'a donné la capacité d'exprimer ma foi de façon plus adroite.

Les années pendant lesquelles j'ai étudié la scolastique ont été les plus intéressantes de ma formation. Pour qu'un prêtre fût pleinement engagé dans la vie de l'Eglise, il lui fallait avoir part à six des sept sacrements (Le Baptême, la Confession, la Sainte Communion, la Confirmation, le Sacrement de l'Ordre, le Mariage et l'Extrême Onction.) Bien qu'on n'enseigne pas cela de façon formelle, le Sacrement de l'Ordre passe pour conférer les vertus les plus hautes et les grâces les plus riches. Dans mon cœur, je me glorifiais de l'avoir reçu ; il venait s'ajouter aux autres sacrements et à mes vœux. Du fait de ce sacrement, j'avais donc l'assurance de pouvoir agir comme Dieu ; cela me procurait une place tout à côté de Christ. Je me prenais pour un saint. Comme Paul à un moment donné, je pensais que ma condition et ma formation suffisaient pleinement à me qualifier. Et comme Paul, j'allais me trouver face à une lumière aveuglante manifestant ma véritable nature et aussi la vraie nature de mon environnement.

Peu après avoir prononcé mes derniers vœux, j'ai commencé à découvrir certaines réalités déplaisantes dans l'Eglise et en moi-même. Peu à peu, j'ai appris combien il était difficile de respecter les vœux, en particulier le vœu de chasteté. J'ai appris que certains prêtres plus âgés que moi achetaient des maisons au nom de membres de leur famille, ou même au nom de leurs enfants. Comment des hommes qui avaient prononcé le vœu de célibat pouvaient-ils bien avoir des enfants ?

Ces découvertes-là ont miné ma solide confiance dans les vœux. Malgré tout mon zèle et tout mon engagement envers les enseignements de l'Eglise, malgré tout mon enracinement dans les Décrets de Vatican II, on aurait dit que le monde entier s'effondrait sous mes yeux. Comment de telles contradictions pouvaient-elles coexister dans l'Eglise de Dieu ? Comment le très saint Synode des Evêques pouvait-il passer sur de telles pratiques, sur une telle hypocrisie ? Comment le Saint-Siège de Rome pouvait-il faire une chose pareille ?

Tout comme mes amis de l'ordre de St. François, qui voyaient ces méfaits de plus près encore que moi, j'ai décidé de survivre en m'occupant strictement de mes propres affaires, comme on nous l'avait enseigné pendant le noviciat. Cependant, lors d'une visite à l'une de nos stations missionnaires, j'ai commencé à être attiré vers une jeune fille. J'ai bien essayé de résister en récitant le chapelet plus souvent et en me confessant à mon supérieur, mais sans succès. Au début de l'année 1997, mon amante m'a annoncé une nouvelle catastrophique qui a eu pour effet d'ébranler complètement ma vocation. J'ai été près de me suicider.

Mon directeur spirituel m'a conseillé de jouer la prudence et de nier toute responsabilité, mais je suis revenu sur cette décision lorsque le bébé est venu au monde. C'était mon fils ! J'étais comme coupé en deux, et ma vocation avait perdu toute sa saveur. Ma vie religieuse n'était qu'hypocrisie. Je ne pouvais plus me glorifier de rien. Ma sainteté s'était envolée, et j'avais perdu ma virginité ! J'étais convaincu que le Seigneur ne m'accepterait plus dans cet état, et même qu'Il ne voudrait plus rien avoir à faire avec moi. Je me suis confessé à mon supérieur, et j'ai reçu de lui le pardon, mais j'étais coupable devant Dieu. Mon directeur spirituel m'a conseillé de persévérer dans mon hypocrisie religieuse, mais je ne pouvais pas. Je cherchais éperdument à échapper à ce fardeau de culpabilité et de honte.

Jour après jour, j'ai mis de plus en plus de vigueur à participer, avec un cœur pénitent, aux méditations matinales, à la messe, et le vendredi, à l'heure de prière et d'adoration devant l'ostensoir (un objet en or travaillé, ayant la forme d'un soleil rayonnant, et contenant le Saint Sacrement). Que pouvais-je faire d'autre, puisqu'on m'avait appris que c'était à moi de me purifier moi-même ? Je faisais de plus en plus d'efforts.

J'étais loin de me douter qu'après avoir commis un péché comparable, David, cet "homme selon le cœur de Dieu", n'avait jamais raisonné comme on m'avait appris à raisonner. Il n'a pas cherché un "Père Supérieur" pour lui confesser ses péchés. David n'a pas non plus cherché à apaiser Dieu par ses propres efforts en se livrant à de bonnes œuvres ou en s'infligeant des douleurs physiques. Au contraire, il est allé directement vers son Père céleste et a confessé son péché en priant ainsi : "O Dieu, fais-moi grâce selon ta bienveillance, selon ta grande compassion, efface mes crimes ; lave-moi complètement de ma faute, et purifie-moi de mon péché." (Psaume 51:3-4) J'ignorais que celui qui a mis sa foi en Jésus-Christ pouvait dialoguer directement avec le Père, sans aucun médiateur humain. "De même, David proclame le bonheur de l'homme au compte de qui Dieu met la justice, sans œuvres : Heureux ceux dont les iniquité sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts ! Heureux l'homme à qui le Seigneur ne compte pas son péché !" (Romains 4:6-7) Tout frère mineur que j'étais, je ne connaissais pas cette vérité biblique.

Ma conscience a continué de me travailler pendant à peu près un an, et j'ai décidé de chercher conseil ailleurs que dans l'Eglise catholique. Par "hasard", je suis tombé sur une publication mensuelle qui a transformé ma façon de penser, alors que je menais une existence tellement hypocrite qu'il ne me restait strictement plus rien à défendre. Je ne connaissais pas l'Evangile ; j'étais privé de la grâce qui sauve. Je pensais que la "Bonne Nouvelle" signifiait que je pouvais retrouver la chasteté de mes débuts. L'article que j'ai alors lu, "Lettre ouverte à l'Eglise en des temps d'œcuménisme", expliquait intelligemment les erreurs de l'enseignement catholique et la séduction de l'œcuménisme. Sans bien en comprendre la portée, je me suis cependant senti poussé à écrire à l'auteur et à partager avec lui les problèmes qui me pesaient. Même après que l'auteur eût fait tous ses efforts pour m'expliquer la vérité sur l'œuvre parfaitement achevée de Jésus, me montrant que Jésus avait souffert pour prendre sur Lui-même nos péchés à la croix, rendant ainsi possible la réconciliation entre l'homme et Dieu, mon motif était encore de chercher à mériter la faveur divine. Nous avons fait quelques études bibliques ensemble, puis cet homme m'a aidé à prendre la décision de rejoindre ma future épouse et mon enfant.

Il est difficile de trouver des mots pour exprimer exactement ce qui s'est passé en moi, lorsque ces vérités au sujet de la Croix m'ont été directement révélées par ma propre Bible. Sans la joie qui remplissait à présent mon cœur, il m'aurait été très difficile d'admettre que pendant plus de dix ans j'avais consacré ma vie à une cause illusoire. Alors que j'étudiais la Parole de Dieu avec cet homme que Dieu avait fait entrer dans ma vie par un article, c'était comme si des écailles me tombaient des yeux. On aurait dit que je m'éveillais à la réalité après un profond sommeil.

Presque tous les lundis au cours de l'année 1999, je lui téléphonais pour lui poser une question, ou tout simplement pour prier avec lui. Ensuite je me mettais à étudier personnellement la Bible et les versets qu'il m'avait indiqués. Il m'a fallu presque une année pour comprendre le sens de versets tels que : "Tous ceux en effet qui dépendent des œuvres de la loi sont sous la malédiction…" (Galates 3:10) et : "Le juste vivra par la foi." (Galates 3:11) Jamais je n'avais su que Dieu m'avait aimé, m'offrant Sa grâce alors que j'étais encore pécheur. Cette vérité-là, nous la trouvons dans Romains 5:8 : "lorsque nous étions encore pécheurs, Christ est mort pour nous." Jamais je n'avais su, jusque-là, que Dieu pouvait m'aimer et me considérer comme "juste", C'EST A DIRE DECLARE JUSTE A SES YEUX A CAUSE DE MA FOI DANS L'ŒUVRE PARFAITE D'EXPIATION ACCOMPLIE PAR CHRIST alors que j'étais encore pécheur. Il était impossible de croire cela sans savoir que Dieu ne me justifie pas en raison des œuvres que je fais, mais à cause de la foi en Jésus-Christ. "Quant à celui qui ne fait pas d'œuvre, mais croit en celui qui justifie l'impie, sa foi lui est comptée comme justice." Et : "Car en croyant du cœur on parvient à la justice." (Romains 4:5 et 10:10)

Jésus-Christ a accompli la loi à la perfection : Il a entièrement payé la dette de mon péché. Ce paiement de mon péché n'était pas porté à mon crédit tant que je n'avais pas mis, pour mon salut, ma foi en Christ seul, et en la pleine suffisance de Sa mort sur la croix, de Son ensevelissement, et de Sa résurrection. Il en est ainsi pour chacun de nous, car la justice de Dieu est imputée à tous ceux qui mettent leur foi en l'œuvre parfaite de Son Fils sur la Croix (Romains 3:22) "Car Christ est la fin de la loi, en vue de la justice pour tout croyant." (Romains 10:4) Dans le Seigneur Jésus-Christ, le croyant possède une justice sans tache ni ride, parfaite et absolument glorieuse ; une justice qui a non seulement expié tous ses péchés, mais qui a satisfait aux exigences de tous les préceptes de la loi.

Au cours de ma formation dans l'Eglise catholique romaine, on m'avait appris que le salut consiste en une transfusion de la justice de Christ par le moyen des sacrements. Je sais à présent que cela n'est pas vrai. On a beau entourer de mystère une chose matérielle et physique, celle-ci ne peut pas communiquer la vie. Dieu nous dit : "C'est l'Esprit qui donne la vie; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous dis sont esprit et vie." (Jean 6:63)

Ma vie en tant que croyant biblique diffère complètement des sept années passées dans l'ordre monastique. Maintenant que je crois, je sais que Jésus-Christ m'aime et qu'Il est toujours avec moi. Dans l'ordre, tous les besoins sont satisfaits dès qu'ils se présentent. L'ordre vous garantit quatre bons repas par jour, les laïcs sont toujours là pour vous vêtir chaudement l'hiver venu, et vous passez des mois, des années même, sans connaître de prix des denrées les plus simples. Chaque fois qu'il y a problème, on fait appel au diocèse, et le problème est résolu. Les choses sont très différentes pour moi à présent. Je fais confiance à Dieu pour tout : et j'ai appris par Sa grâce à Le remercier pour tout, y compris pour les situations les plus difficiles. Mon désir est de connaître Dieu dans la souffrance aussi bien que dans la joie, tandis que je passe par les difficultés d'une nouvelle vie qui commence.

Je ne comprends pas encore toutes les raisons pour lesquelles je suis attiré par Christ, mais je sais qu'Il va continuer de Se révéler à moi. Ce que j'ai déjà reçu, et cette existence que je vis à présent dans Sa grâce, uni à ma famille, suffit à me remplir du désir d'avancer afin de Le servir. Il m'a aimé, mais Son amour n'a rien à voir avec quoi que ce soit qui vienne de moi. J'étais un pécheur, comme tous ceux qui ne sont pas en Christ. Il ne m'a pas sauvé parce que je méritais quoi que ce soit, car comme tous les hommes, je méritais l'enfer. Cependant le Père m'a déclaré juste dès l'instant où j'ai mis ma foi en Son Fils. Telle est désormais ma position, même s'il m'arrive de commettre une faute. Quelle nouvelle MAGNIFIQUE ! Comme c'est EXTRAORDINAIRE : alors que j'étais encore pécheur, Il est mort pour moi.

Après environ une année d'étude, de prière, et de préparation, je crois pouvoir dire que le Seigneur me dirige vers un ministère en faveur de ceux qui sont prisonniers de ce système de faux salut diabolique qu'est le catholicisme romain ; il y en a plus d'un milliard. Cependant, la communion fraternelle que j'ai depuis peu avec ceux qui croient en Christ est également un sujet de grand découragement. Alors que je vois très clairement le gouffre infranchissable qui sépare l'Eglise catholique romaine de la véritable Eglise de Jésus-Christ, je suis consterné de ce que la plupart de mes frères et de mes sœurs des milieux réformés et évangéliques ne voient guère de différence, ou pas de différence du tout !

Je suis profondément attristé de constater ce qui se passe. Beaucoup d'autres, comme moi, en quittant l'Eglise catholique ont tout sacrifié, y compris les relations familiales, le prestige, la sécurité et la vie sociale, pour l'amour de cette vérité à laquelle s'oppose l'Eglise catholique romaine. En même temps, d'autres croyants embrassent les Catholiques et les appellent "frères dans la foi". Ils ne comprennent pas (comme jadis je ne comprenais pas) qu'à moins d'entendre et d'accepter l'Evangile véritable, les Catholiques sont voués à la damnation éternelle. Fait plus troublant encore, certains responsables évangéliques ont signé le document "Evangelicals and Catholics Together" (Evangéliques et Catholiques Ensemble) ; ils tournent ainsi en dérision le sang de Christ et celui des Réformateurs du seizième siècle, dont les sacrifices sont le fondement de la Réforme ! Comment pourrions-nous marcher dans la vérité en même temps que dans cette union adultère ? Il s'agit là d'une éthique inspirée par les convenances de ce monde, et déguisée en unité. Faire cela, c'est renier l'Evangile véritable ainsi que le Seigneur qui nous a rachetés. "Il y a eu de faux prophètes parmi le peuple, de même il y a parmi vous de faux docteurs qui introduiront insidieusement des hérésies de perdition, et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux une perdition soudaine." (2 Pierre 2:1)

Pendant la plus grande partie de mon existence, je n'ai jamais su que le salut était entièrement dû au dessein de Dieu Lui-même. Je n'avais pas compris cette vérité, malgré de longues années d'études et de lectures dans le cadre de l'enseignement catholique. Mes professeurs et mes supérieurs catholiques ne m'avaient ni enseigné l'Evangile véritable, ni conduit à Christ. Non, ils m'avaient conduit vers eux-mêmes et vers une fausse foi qui faisait d'eux mes sauveurs et les dispensateurs de la grâce salvifique.

Alors que je préparais ce témoignage, on m'a demandé de fournir des documents prouvant que j'avais bien été prêtre. En commençant ma nouvelle vie, je n'avais pas prévu que ce besoin se présenterait, ni combien il serait difficile d'obtenir mes papiers. Quand j'ai téléphoné au Père Gava, le Doyen de la "Résidence de la Cathédrale" où j'avais habité, on m'a répondu que je devais venir chercher ces documents.

Quand je suis arrivé à la Résidence, les hommes avec qui j'avais habité précédemment m'ont donné à manger, mais en me traitant comme un parfait étranger. Le Père Gava était introuvable. Trois heures plus tard, il a téléphoné pour demander si j'étais là ; mais je n'ai jamais pu parler avec lui, ni ce soir-là, ni le lendemain. Les communications étaient strictement contrôlées, et aucune des questions que j'ai posées n'a reçu de réponse, même de la part de ceux qui peu de temps auparavant, avaient été comme les membres de ma famille. J'ai constaté qu'après m'avoir fait faire ce voyage coûteux, on m'avait simplement insulté ou évité ; de toute évidence, des lettres de l'Evêque, retrouvées dans mes livres chez moi, allaient devoir suffire comme preuve de ma situation antérieure dans l'Eglise catholique.

A présent, c'est Jésus-Christ Lui-même qui confirme ma situation nouvelle en Lui. Point n'est besoin de documents faits de main d'homme pour attester de la vie nouvelle qui est en moi. L'Esprit du Dieu vivant, par lequel j'ai été scellé au moment où j'ai cru, voilà Celui qui donne Son témoignage. "L'Esprit Lui-même témoigne à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu." (Romains 8:16)

Maintenant je me réunis avec d'autres croyants et ensemble nous adorons le Seigneur le dimanche ; nous nous encourageons réciproquement à aller de plus en plus vers les Catholiques romains. C'est la Parole de Dieu qui nous dirige, et par la grâce de Dieu nous nous préparons à partager avec d'autres la Bonne Nouvelle du salut en Jésus-Christ, surtout avec ceux qui sont encore pris au piège des séductions de l'Eglise catholique. Nous examinons aussi les mises en garde bibliques contre les fausses doctrines, et nous nous encourageons les uns les autres à "combattre pour la foi" (Jude 3) afin de qu'à l'avènement du Seigneur "nous n'ayons pas honte devant lui." (1 Jean 2:28) En toutes choses, avec joie et avec confiance, nous avons "les yeux fixés sur Jésus, l'auteur de la foi et celui qui la mène à la perfection." (Hébreux 12:2).

Cuthbert Dzingirai exerce actuellement son ministère au Zimbabwe. Il a été grandement aidé par David Sheard, missionnaire britannique, au cours de sa quête de vérité biblique, et dans les débuts de son ministère. Actuellement, il évangélise surtout les Catholiques par des études bibliques, des écrits, et des cassettes audio.
Son adresse est : 14 Gobvu Road, Zengeza 3, Chitungwiza, Zimbabwe.
Son adresse e-mail est : terjon@icon.co.zw

www.bereanbeacon.org

Revenir en page d'ACCUEIL
http://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 16:27 (2016)    Sujet du message: Cuthbert Dzingirai TEMOIGNAGE...La religion ne sauve pas

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> LES RELIGIONS ET SECTES -> Catholisisme Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com