FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum
FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
PAGE PRINCIPAL http://solitude.leforum.eu
FLUX RSS http://solitude.leforum.eu/rss.php
LA SOUFFRANCE

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> SOUFFRANCE et DECOURAGEMENT?
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
BIBLE
Administrateur/ENSEMBLE
Administrateur/ENSEMBLE


Inscrit le: 17 Juin 2007
Messages: 492

MessagePosté le: Lun 10 Mar - 11:41 (2008)    Sujet du message: LA SOUFFRANCE Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?
fAinsi la souffrance est soit une souffrance physique
soit une souffrance morale.

La souffrance physique et morale, la perte d’un être cher, d’un enfant, voire même d’un objet auquel on tient. La maladie aussi, la douleur, la mort , la solitude, le rejetc etc....
tout ceci reste incompréhensible et entraîne souvent une révolte contre Dieu.
« Qu’est-ce que j’ai donc bien pu faire au Bon Dieu ? »
C’est aussi la perte de la foi ou bien une justification de ne pas l’avoir « S’il existait un Dieu, il ne permettrait pas cela.
» Le mal cependant a sa propre justification sur terre et dans les cieux.

« Si Dieu existait, le mal n’aurait plus cours ici-bas ». Lorsque la souffrance s’abat, le cri vengeur de l’homme contre Dieu se fait entendre.
Les homme vivent dans l’insouciance, mais lorsque les difficultés sont là, c’est à Dieu qu’ils s’en prennent.
Cet argument contre l’existence de Dieu devant la mort, la souffrance et le malheur n’est pas nouveau.

SOUVENT ce qui nous paraît être un mal est du point de vue de la providence et de la justice divine un bien.
La souffrance : médecine de l’âme.
Si notre créateur est un Dieu juste, il n’en est pas moins bon et miséricordieux. Si le châtiment d’Adam et de l’humanité a été mérité, Dieu n’est pas pour autant un bourreau. Dans la souffrance, il faut voir Dieu comme un père. Imaginez des parents laissant leurs enfants vivre comme bon leur semble sans jamais aucune correction. Ne verriez-vous pas en eux des parents négligents ? Et s’ils refusaient de les confier au scalpel du chirurgien pour conserver leur vie, ne diriez-nous pas que ses parents n’ont aucun amour pour eux ? Il en est de même pour les souffrances que Dieu nous envoie. Un Dieu qui ne saurait pas nous punir est un Dieu qui ne s’occuperait pas de nous. La bonté de notre Père du ciel donne ainsi à la souffrance un sens beaucoup plus élevé que le simple châtiment. Elle est peut-être une peine, mais elle devient par la miséricorde de Dieu un moyen extraordinaire de salut.
En effet, la souffrance a la vertu de donner aux hommes un autre regard sur les choses du monde, et ainsi d’élever leurs âmes vers Dieu. Que valent les richesses, le bien être matériel lorsque nous pleurons un être cher ? L’âme au lieu de se recroqueviller sur elle-même, s’élève soudain vers l’essentiel. La souffrance est finalement un excellent remède contre l’assoupissement ici-bas. Le bonheur devient un anesthésiant s’il n’est pas traversé par quelques nuages. L’homme oublierait que la terre a ses limites et qu’il est fait pour l’infini. Si la souffrance n’était pas au jardin d’Eden, elle fait partie maintenant de notre nature. Sans elle l’être humain tombe nécessairement dans le matérialisme. Un homme qui ne souffre pas est un être dénaturé. Il ne retrouvera jamais l’image de son créateur inscrite au fond de lui-même, tant il sera submergé par les flots du monde. Un enfant qui tombe apprend la vie, un adulte qui souffre apprend à devenir un homme.
Il nous aime et nous veut à ses côtés pour l’éternité.
Finalement tous ces mots aideront peut-être à comprendre la souffrance, . Nous pourrons toujours essayer de comprendre la souffrance, mais vient un moment où il ne faut plus se poser de questions et laisser Christ nous apprendre à souffrir… nous apprendre à aimer…
Spurgeon aujourd'hui, méditations quotidiennes


[media]
La souffrance

J'ai déjà exposé le problème de la souffrance dans des études précédentes :
Réflexions sur le livre de Job - L'épreuve.

Aujourd'hui, je voudrais aller un peu plus loin en commençant cette nouvelle réflexion par une parole d'encouragement dans la foi en la fidélité de Dieu et quel homme autre que Job peut illustrer notre propos.

Jacques 5:11 Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion.

Nous pouvons disserter philosophiquement sur la souffrance, mais personne ne saurait parler avec justesse de la souffrance comme Dieu lui-même.

Le fils de Dieu, devenu par amour fils de l'homme, a connu la souffrance extrême, dans la plus grande injustice, lui le juste qui a souffert pour des injustes.
Il a supporté des souffrances spirituelles, morales et physiques, son être entier ayant été broyé par l'infamie, la souillure des autres, les coups et la croix.

Le Seigneur a voulu le broyer par la souffrance. Esaïe 53:10 version TOB

Christ aussi a souffert une fois pour les péchés, lui juste pour des injustes, afin de nous amener à Dieu, ayant été mis à mort quant à la chair, mais ayant été rendu vivant quant à l’Esprit, 1 Pierre 3:18

Méprisé et abandonné des hommes, Homme de douleur et habitué à la souffrance, Semblable à celui dont on détourne le visage, Nous l’avons dédaigné, nous n’avons fait de lui aucun cas. Esaïe 53:3

Le prophète appelle le Christ "l'homme de douleur et habitué à la souffrance". En lisant les Écritures, nous découvrons plusieurs formes de ses souffrances

la souffrance morale : le mépris, l'abandon, le dédain, le rejet, la trahison, le reniement, l'humiliation, l'angoisse

la souffrance physique : les coups, la flagellation, les épines sur sa tête, la crucifixion, l'agonie de la croix, une mort horrible et humiliante.

la souffrance spirituelle, certainement la plus douloureuse pour celui qui appelé "le juste", celui qui n'a pas connu le péché et qui a été fait péché pour nous, identifié au pécheur, dans la malédiction de la croix.

C'est en se référant aux souffrances du Seigneur Jésus-Christ que l'apôtre Pierre nous exhorte en disant :

Ainsi donc, Christ ayant souffert dans la chair, vous aussi armez-vous de la même pensée. Car celui qui a souffert dans la chair en a fini avec le péché, afin de vivre, non plus selon les convoitises des hommes, mais selon la volonté de Dieu, pendant le temps qui lui reste à vivre dans la chair. 1 Pierre 4:1/2

Nous pouvons déjà, à partir de ce passage, donner une raison à la souffrance, mais nous y reviendrons.

Dans notre texte d'introduction il est question de Job. Nous avons dans son exemple une illustration frappante de ce que peut être la souffrance à l'échelle humaine, lui même disant dans sa douleur :

Le malheur ne sort pas de la poussière, Et la souffrance ne germe pas du sol; l'homme naît pour souffrir, Comme l’étincelle pour voler. Job 5.6/7

La souffrance atteint tous les humains d'une manière ou d'une autre, même les justes ! Nous devrions nous en persuader et ne pas être étonnés lorsqu'elle nous surprend.

Nous avons peur de souffrir et nous pensons trop souvent, à tort, que Dieu épargnera toute souffrance à ceux qui le craignent et croient en lui.

Or la Bible et en particulier le récit de l'épreuve de Job, nous fait comprendre que la souffrance non seulement atteint les enfants de Dieu, mas encore qu'elle est nécessaire. Le malheur atteint souvent le juste…Psaume 34.20 (voir "Réflexions sur le livre de Job")

Nous allons considérer

l'origine de la souffrance

les différentes causes de la souffrance

les résultats de la souffrance

Au commencement, lorsque Dieu eut terminé son œuvre de création, la souffrance n'existait pas sur la terre :

Dieu vit tout ce qu’il avait fait et voici, cela était très bon. Genèse 1.31

Alors le péché est entré dans le monde, et par le péché la mort, et qu’ainsi la mort s’est étendue sur tous les hommes, parce que tous ont péché… Romains 5:12

Nous trouvons ici, une réponse générale à notre question concernant l'origine de la souffrance : le péché.

Nous pouvons dès à présent affirmer que le péché dans son ensemble est la cause de la souffrance dans le monde, car il est l'élément destructeur de l'équilibre que Dieu avait établi, lors de la création.

Nous aurions beau jeu de montrer le lien directe entre le péché et la souffrance, en donnant quelques exemples :

le mensonge fait souffrir, en détruisant la confiance et en humiliant ceux que l'on trompe.

la calomnie, la médisance font souffrir ceux que l'on salit aux yeux des autres.

la méchanceté, la violence, les paroles dures, les insultes, les outrages, les coups, les meurtres, les viols, font souffrir dans la chair et dans l'âme et ils amènent souvent l'engrenage de la vengeance

l'adultère, la tromperie, le divorce, font souffrir, ceux qui en sont les victimes, familles, conjoints et enfants.

l'impureté, les convoitises charnelles, les passions : sexes, alcool, tabac et autres, produisent toutes sortes de dérèglements sociaux et de nombreuses maladies, engendrant la souffrance.

une simple erreur, une faute de conduite sur la route, provoque des accidents aux conséquences graves et douloureuses



Je pourrais allonger la liste des causes de nombreuses souffrances, en général les difficultés, les malheurs de la vie, qui nous surprennent, comme la maladie, la mort, le deuil, qui frappent sans distinction, les bons et les méchants, les innocents comme les enfants et les coupables.



Nous n'avons pas toujours la juste réponse aux questions de ceux qui souffrent et il est bon de rester humble dans notre approche de ces choses. De toute façon, sous quelque forme qu'elle se présente la souffrance appelLE à la compassion et non au jugement qui serait une souffrance supplémentaire.

En voyant la souffrance dans le monde, je pense à cette parole de l'apôtre Jean :

le monde entier gît sous la puissance du malin. (est sous la coupe du diable. 1 Jean 5:19 Version du Semeur)

Job est une illustration frappante de ceux que le diable agresse sans autre raison que faire du mal et détruire. Chapitre 1 et 2 (voir la réflexion sur le livre de Job).

Job a souffert physiquement, moralement et spirituellement.

Une plaie douloureuse l'a frappé dans son corps

la mort brutale de ses enfants, les réflexions amères de sa femme, l'incompréhension et les discours accusateurs de ses amis, l'ont terriblement abattu moralement

le silence de Dieu, ressenti comme un abandon, l'a profondément troublé

Ce sont les souffrances que notre adversaire le diable suscite pour nous décourager et détruire notre foi, qui sont imposées en particulier à nos frères et sœurs dans le monde. 1 Pierre 5.8

Et puis, il y a les souffrances pour Christ

Celles qui sont suscitées par les adversaires de la foi, Jean 16.33 - Actes 14.22 - 20.19 - 2 Timothée 3.12

Les adversaires de la foi :

Comme pour Paul, qui servait le Seigneur en toute humilité, avec larmes, et au milieu des épreuves que me suscitaient les embûches des Juifs. Actes 20:19

Jésus nous a averti : Je vous ai dit ces choses, afin que vous ayez la paix en moi. Vous aurez des tribulations dans le monde; mais prenez courage, j'ai vaincu le monde. Jean 16:33

Les apôtres fortifiaient l'esprit des disciples, les exhortant à persévérer dans la foi, et disant que c'est par beaucoup de tribulations qu'il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. Actes 14:22

Or, tous ceux qui veulent vivre pieusement en Jésus-Christ seront persécutés. 2 Timothée 3:12

Ces souffrances sont considérées comme une grâce que Dieu nous fait et des sujets de joie, car ce sont des souffrances endurées à cause du Seigneur.

Car il vous a été fait la grâce, par rapport à Christ, non seulement de croire en lui, mais encore de souffrir pour lui, Philippiens 1:29

Réjouissez-vous, au contraire, de la part que vous avez aux souffrances de Christ, afin que vous soyez aussi dans la joie et dans l'allégresse lorsque sa gloire apparaîtra. 1

Mes frères, regardez comme un sujet de joie complète les diverses épreuves auxquelles vous pouvez être exposés,

C'est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu'il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves,

Comme nous venons de le voir, la souffrance a de nombreuses causes, voyons maintenant les résultats de la souffrance pour un enfant de Dieu.

Nous devons prendre garde car la souffrance peut nous conduire au mal.

Garde-toi de te livrer au mal, Car la souffrance t’y dispose. Job 36:21

La souffrance peut engendrer la révolte, le découragement, l'amertume, encore plus lorsque les blessures atteignent notre âme, le domaine le plus sensible de notre être.

Souvent les Israélites ont murmuré à cause de leurs souffrances et le Seigneur leur en a fait le reproche en nous avertissant nous-mêmes. 1 Corinthiens 10/11

Cependant, lorsque nous nous référons aux Écritures, nous découvrons que la souffrance, quelque soit son origine ou sa forme, est utile pour différentes raisons très spirituelles :

nous garder humbles (Deut.8.2 - 8.16).

"Et pour que je ne sois pas enflé d'orgueil, à cause de l'excellence de ces révélations, il m'a été mis une écharde dans la chair, un ange de Satan pour me souffleter et m'empêcher de m'enorgueillir" (2 Corinthiens 12.7). C'est Un des textes des plus étonnant de la Bible :

nous amener à chercher le Seigneur.

"Quelqu'un parmi vous est-il dans la souffrance? Qu'il prie. Quelqu'un est-il dans la joie? Qu'il chante des cantiques". Psaume 27.7/9 - Jacques 5.13

produire la patience, de façon à parvenir à une plus grande maturité spirituelle.

"Mais pour que vous parveniez à une pleine maturité spirituelle, il faut que l'épreuve achève son œuvre sans que votre constance se relâche, que votre patience se manifeste dans toute votre conduite et s'accompagne d'actes parfaits. Ainsi vous serez pleins de force et vous parviendrez au but: vous deviendrez irréprochables et il ne vous manquera rien. Sachant que l'épreuve de votre foi produit la patience". (version Parole Vivante) Jacques 1:4

épurer et fortifier notre foi.

afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra. 1 Pierre 1:7

nous examiner et nous amener à nous sanctifier (Psaume 32 - Psaume 38 - Jacques 4.7/10).

Lorsque la souffrance est une correction divine, cela aussi arrive, alors relisons avec attention ce que Dieu nous dit à ce sujet :

"Mon fils, ne méprise pas le châtiment du Seigneur, Et ne perds pas courage lorsqu'il te reprend; Car le Seigneur châtie celui qu'il aime, Et il frappe de la verge tous ceux qu'il reconnaît pour ses fils". (Lire Héb.12.1 à 13)

Enfin ne perdons ni notre confiance en Dieu, ni notre courage, mais efforçons nous de nous projeter vers la fin de l'épreuve.

"vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda" Jacques 5.11

le Seigneur sait délivrer de l’épreuve les hommes pieux, 2 Pierre 2:9

Lamentation de Jérémie 3. 18 à 36

24 L’Éternel est mon partage, dit mon âme; C’est pourquoi je veux espérer en lui.
25 L’Éternel a de la bonté pour qui espère en lui, Pour l’âme qui le cherche.
26 Il est bon d’attendre en silence Le secours de l’Éternel.

Quand les justes crient, l’Éternel entend, Et il les délivre de toutes leurs détresses. Psaumes 34:17


Quand survient la souffrance, rappelons nous aussi, que Dieu nous a préparé le moyen d'en sortir. Et ce moyen c'est la prière :

Quelqu'un est-il dans la souffrance ? Qu'il prie. Jacques 5

Dans ma détresse, j’ai invoqué l’Éternel, J’ai crié à mon Dieu; De son palais, il a entendu ma voix, Et mon cri est parvenu devant lui à ses oreilles. Psaumes 18:6

Quand un malheureux crie, l'Éternel entend, Et il le sauve de toutes ses détresses". Psaumes 34:6,17.

La prière est le moyen que le Seigneur nous donne pour sortir de l'épreuve, car elle nous approche de lui et c'est dans sa présence que nous trouvons à la fois le soutien dans la souffrance et la délivrance.

De la poussière il retire le pauvre, Du fumier il relève l’indigent, Pour les faire asseoir avec les grands. Et il leur donne en partage un trône de gloire; Car à l’Eternel sont les colonnes de la terre, Et c’est sur elles qu’il a posé le monde.1 Samuel 2:8

Considérons la fin que le Seigneur accorde à ceux qui se confient en lui :

"Voici, nous disons bienheureux ceux qui ont souffert patiemment. Vous avez entendu parler de la patience de Job, et vous avez vu la fin que le Seigneur lui accorda, car le Seigneur est plein de miséricorde et de compassion". Jacques 5:11

"le Seigneur sait délivrer de l'épreuve les hommes pieux". 2 Pierre 2:9

Souvenons et proclamons que Dieu délivre de l'épreuve :

"Le malheur atteint souvent le juste, Mais l'Eternel l'en délivre toujours". Psaumes 34:19

"Soyez sobres, veillez. Votre adversaire, le diable, rôde comme un lion rugissant, cherchant qui il dévorera. Résistez-lui avec une foi ferme, sachant que les mêmes souffrances sont imposées à vos frères dans le monde. Le Dieu de toute grâce, qui vous a appelés en Jésus-Christ à sa gloire éternelle, après que vous aurez souffert un peu de temps, vous perfectionnera lui-même, vous affermira, vous fortifiera, vous rendra inébranlables. A lui soit la puissance aux siècles des siècles! Amen !" 1 Pierre 5.6 à 11

Enfin il y a ce long passage des Écritures qui nous encourage et nous console : Romains 8.16 à 39 …

"Qui nous séparera de l'amour de Christ ?" (verset 35°[media][/flash][/flash]


Revenir en page d'ACCUEILhttp://solitude.leforum.eu


Dernière édition par BIBLE le Sam 3 Mai - 19:49 (2008); édité 4 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
FOI
Administrateur/ENSEMBLE
Administrateur/ENSEMBLE


Inscrit le: 05 Mar 2008
Messages: 137

MessagePosté le: Lun 10 Mar - 11:52 (2008)    Sujet du message: LA SOUFFRANCE Répondre en citant

La souffrance
Esaïe 38 : 9-21

«Voici mes souffrances mêmes sont devenues mon salut»


La prière d’Ezéchias malade.
La souffrance ne nous est pas toujours épargnée. Pensons à nos amis éprouvés par les dernières inondations exceptionnelles. Ils partagent comme les autres et avec eux les mêmes souffrances, le même drame de tout perdre. Il y a ceux qui ont été épargnés, et ceux qui traversent l’épreuve comme les autres.

Ezéchias est malade ! Il passe par cette redoutable épreuve de la maladie, épreuve difficilement acceptable, dont l’issue semble fatale. Aussi, il « prie » et demande à Dieu de le guérir. Dieu l’exauce et le relève. Un cantique de louange monte de son cœur vers le Seigneur, conscient de la grâce qui lui a été faite. Il dit « Mes souffrances mêmes sont devenues mon salut » ( Esaïe 38 : 17). Souffrances salutaires !? Il n’y a pas ici l’idée de souffrances expiatoires. On peut traduire ce verset aussi comme suit : Mon amertume a été changée en paix (Littéralement : Pour la paix mon amertume amère). Le mot souffrance est le mot « Amère » que l’on retrouve dans le récit des eaux de Mara en Exode 15 : 12-27 ou l’amertume est changée en douceur ; et le mot salut c’est le mot Paix.

Note : le mot "Amer" en français est proche du mot hébreu « Hamreh » signifiant « irriter, chagriner, affliger, offenser ».

La souffrance physique a entraîné son cœur dans une profonde amertume, une incompréhension face à cette épreuve, avec tous ces sentiments qui rendent amère notre cœur, voir une accusation intérieure, une culpabilité « tous mes péchés ». Par l’exaucement de Dieu c’est aussi la Paix qui est revenue en lui, l’amertume s’en est allée, la paix est venue.

C’est notre réaction face à l’épreuve, qui amène en nous cette « amertume ». Amertume purifiée par l’intervention du Seigneur, Il a « indiqué un bois » à Moïse et l’amertume a été changée en douceur.

L’Ecriture nous montre quelle attitude Dieu nous enseigne et demande de nous pour notre bien lorsque nous traversons les difficultés :

Notre attitude intérieure : 1 Pierre 2 : 19-20 = Supporter. Non nous révolter, ni nous résigner, mais « supporter ». Ce passage concerne les « Serviteurs / Esclaves » (1 Pierre 2 : 18), et il est certain que le traitement réservé aux esclaves n’a que rarement été juste, il était le plus souvent injustifié tant dans le travail exigé que dans la discipline imposée. Cependant, ils sont « appelés » à continuer à faire le bien tout en supportant un traitement injuste. Ni injures, ni menaces, mais s’en remettre, à l’exemple de Christ, à Celui qui juge justement (1 Pierre 2 : 23). L’honneur appartient à celui qui supporte patiemment de souffrir bien que sa vie soit irréprochable.

Notre attitude envers les autres : 1 Pierre 3 : 9 = Bénir. Il est écrit « Préserve ton cœur du mal et ta langue de pécher ». Bénir sans penser à rendre le mal. Toute la suite de ce passage de Pierre appuie cette affirmation de l’Esprit pour l’attitude à adopter envers les autres lors de souffrances injustes (1 Pierre 3 : 15-17 souffrir en faisant le bien). Ainsi nos cœurs ne se rempliront pas d’amertume, et seront préservés du mal que nous serions tentés de faire ou de dire aux autres.

Notre attitude envers le tentateur : 1 Pierre 5 : 8 = Résister. Ce mot « Résister » évoque ces femmes de la Tour de Constance qui ont su garder la foi et l’espérance au sein même de l’épreuve de leur vie et du temps. L’Adversaire ( Antidikos : se dit surtout des adversaires en justice) est ici vu dans son rôle « d’accusateur ». Le même mot désigne « l’épreuve » et « la tentation ». Dans toute souffrance il y a l’épreuve d’une tentation, l’adversaire vient pour « accuser » le sort qui est contre nous, les autres qui ne nous comprennent pas, Dieu même qui nous laisse entre les mains du mal. « Résister-lui avec une foi ferme », dit l’Esprit. Prendre et se servir du « Bouclier de la foi », ce qui suggère l’image d’une porte que l’on ferme résolument devant les traits (suggestions) enflammés du malin. Fermes résolument ton cœur aux suggestions du malin au sein de tes épreuves.

Notre attitude envers Dieu : 1 Pierre 4 : 16 = Le Glorifier. Lui remettre nos âmes, se décharger sur Lui, le Glorifier en faisant valoir la confiance que nous avons en Lui malgré nos souffrances. Il est et Il demeure notre Sauveur et notre Seigneur (1 Pierre 5 : 10).

Face à nos souffrances engendrant amertumes, déceptions, découragement. Dieu nous propose en Jésus-Christ Celui qui a le pouvoir de changer le mal en bien, l’amertume en paix.

L’Ami qui se tient à vos côtés

Quand l’épreuve arrive pour ébranler votre âme, Vous aimerez l’ami qui se tient à vos côtés. Peut-être ne pourra-t-il rien faire : le problème est au fond de vous seul. Car il est des chemins que notre âme doit parcourir seule. Des semaines où l’amour est impuissant à guérir les maux, Et l’amitié incapable de soulever les lourds fardeaux. Mais de savoir que vous avez un ami qui se tient à vos côtés jusqu’au bout, Dont les mots de consolation ne cessent jamais, Dont les mains réconfortantes sont sur les vôtres, Cela vous aidera déjà à surmonter l’adversité, même s’il ne peut rien faire. Aussi d’un cœur fervent pouvons-nous dire : Seigneur, bénis l’ami qui se tient à mes côtés ! B.Y.Williams

( Philippe BAK le 05 Février 2004 )

page précédente - devenir chrétien -page suivante

Revenir en page d'ACCUEILhttp://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
BIBLE
Administrateur/ENSEMBLE
Administrateur/ENSEMBLE


Inscrit le: 17 Juin 2007
Messages: 492

MessagePosté le: Ven 2 Mai - 10:52 (2008)    Sujet du message: LA SOUFFRANCE Répondre en citant

souffrance
Esaïe 3
8 : 9-21

«Voici mes souffrances mêmes sont devenues mon salut»


La prière d’Ezéchias malade.
La souffrance ne nous est pas toujours épargnée. Pensons à nos amis éprouvés par les dernières inondations exceptionnelles. Ils partagent comme les autres et avec eux les mêmes souffrances, le même drame de tout perdre. Il y a ceux qui ont été épargnés, et ceux qui traversent l’épreuve comme les autres.


Ezéchias est malade ! Il passe par cette redoutable épreuve de la maladie, épreuve difficilement acceptable, dont l’issue semble fatale. Aussi, il « prie » et demande à Dieu de le guérir. Dieu l’exauce et le relève. Un cantique de louange monte de son cœur vers le Seigneur, conscient de la grâce qui lui a été faite. Il dit « Mes souffrances mêmes sont devenues mon salut » ( Esaïe 38 : 17). Souffrances salutaires !? Il n’y a pas ici l’idée de souffrances expiatoires. On peut traduire ce verset aussi comme suit : Mon amertume a été changée en paix (Littéralement : Pour la paix mon amertume amère). Le mot souffrance est le mot « Amère » que l’on retrouve dans le récit des eaux de Mara en Exode 15 : 12-27 ou l’amertume est changée en douceur ; et le mot salut c’est le mot Paix.

Note : le mot "Amer" en français est proche du mot hébreu « Hamreh » signifiant « irriter, chagriner, affliger, offenser ».

La souffrance physique a entraîné son cœur dans une profonde amertume, une incompréhension face à cette épreuve, avec tous ces sentiments qui rendent amère notre cœur, voir une accusation intérieure, une culpabilité « tous mes péchés ». Par l’exaucement de Dieu c’est aussi la Paix qui est revenue en lui, l’amertume s’en est allée, la paix est venue.

C’est notre réaction face à l’épreuve, qui amène en nous cette « amertume ». Amertume purifiée par l’intervention du Seigneur, Il a « indiqué un bois » à Moïse et l’amertume a été changée en douceur.

L’Ecriture nous montre quelle attitude Dieu nous enseigne et demande de nous pour notre bien lorsque nous traversons les difficultés :

Notre attitude intérieure : 1 Pierre 2 : 19-20 = Supporter. Non nous révolter, ni nous résigner, mais « supporter ». Ce passage concerne les « Serviteurs / Esclaves » (1 Pierre 2 : 18), et il est certain que le traitement réservé aux esclaves n’a que rarement été juste, il était le plus souvent injustifié tant dans le travail exigé que dans la discipline imposée. Cependant, ils sont « appelés » à continuer à faire le bien tout en supportant un traitement injuste. Ni injures, ni menaces, mais s’en remettre, à l’exemple de Christ, à Celui qui juge justement (1 Pierre 2 : 23). L’honneur appartient à celui qui supporte patiemment de souffrir bien que sa vie soit irréprochable.

Notre attitude envers les autres : 1 Pierre 3 : 9 = Bénir. Il est écrit « Préserve ton cœur du mal et ta langue de pécher ». Bénir sans penser à rendre le mal. Toute la suite de ce passage de Pierre appuie cette affirmation de l’Esprit pour l’attitude à adopter envers les autres lors de souffrances injustes (1 Pierre 3 : 15-17 souffrir en faisant le bien). Ainsi nos cœurs ne se rempliront pas d’amertume, et seront préservés du mal que nous serions tentés de faire ou de dire aux autres.

Notre attitude envers le tentateur : 1 Pierre 5 : 8 = Résister. Ce mot « Résister » évoque ces femmes de la Tour de Constance qui ont su garder la foi et l’espérance au sein même de l’épreuve de leur vie et du temps. L’Adversaire ( Antidikos : se dit surtout des adversaires en justice) est ici vu dans son rôle « d’accusateur ». Le même mot désigne « l’épreuve » et « la tentation ». Dans toute souffrance il y a l’épreuve d’une tentation, l’adversaire vient pour « accuser » le sort qui est contre nous, les autres qui ne nous comprennent pas, Dieu même qui nous laisse entre les mains du mal. « Résister-lui avec une foi ferme », dit l’Esprit. Prendre et se servir du « Bouclier de la foi », ce qui suggère l’image d’une porte que l’on ferme résolument devant les traits (suggestions) enflammés du malin. Fermes résolument ton cœur aux suggestions du malin au sein de tes épreuves.

Notre attitude envers Dieu : 1 Pierre 4 : 16 = Le Glorifier. Lui remettre nos âmes, se décharger sur Lui, le Glorifier en faisant valoir la confiance que nous avons en Lui malgré nos souffrances. Il est et Il demeure notre Sauveur et notre Seigneur (1 Pierre 5 : 10).

Face à nos souffrances engendrant amertumes, déceptions, découragement. Dieu nous propose en Jésus-Christ Celui qui a le pouvoir de changer le mal en bien, l’amertume en paix.

L’Ami qui se tient à vos côtés
Quand l’épreuve arrive pour ébranler votre âme, Vous aimerez l’ami qui se tient à vos côtés. Peut-être ne pourra-t-il rien faire : le problème est au fond de vous seul. Car il est des chemins que notre âme doit parcourir seule. Des semaines où l’amour est impuissant à guérir les maux, Et l’amitié incapable de soulever les lourds fardeaux.
Mais de savoir que vous avez un ami qui se tient à vos côtés jusqu’au bout, Dont les mots de consolation ne cessent jamais, Dont les mains réconfortantes sont sur les vôtres, Cela vous aidera déjà à surmonter l’adversité, même s’il ne peut rien faire. Aussi d’un cœur fervent pouvons-nous dire : Seigneur, bénis l’ami qui se tient à mes côtés ! B.Y.Williams

Revenir en page d'ACCUEILhttp://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:20 (2016)    Sujet du message: LA SOUFFRANCE

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> SOUFFRANCE et DECOURAGEMENT? Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com