FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum
FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion



  
PAGE PRINCIPAL http://solitude.leforum.eu
FLUX RSS http://solitude.leforum.eu/rss.php
Le diable existe-t-il ?

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> Vie Chrétienne -> LES ARMES DE DIEU
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
BIBLE
Administrateur/ENSEMBLE
Administrateur/ENSEMBLE


Inscrit le: 17 Juin 2007
Messages: 492

MessagePosté le: Mar 11 Mar - 13:55 (2008)    Sujet du message: Le diable existe-t-il ? Répondre en citant

PublicitéSupprimer les publicités ?

  ICI SUJET AU COMPLET SUR LENFER :arrow:  http://enfer.xooit.com


Le diable existe-t-il ?

« Il est aussi vieux que Dieu. Il est considéré comme le maître de la séduction et comme l'auteur de tout le mal du monde. Depuis des milliers d'années, il est l'alibi de la calomnie, de la persécution et de la cruauté. Qui est ou qu'est-ce que Satan ? Pourquoi frémissons-nous toujours à son nom ? De quoi avons-nous peur ? »
Telle était l'introduction d'un article du « Peter Moosleitners Magazin - P.M. » de mars 2002 ayant pour thème l'existence du diable, et dont nous publions ici de larges extraits :

« Le diable - la puissance mondiale du mal. Qui est ou qu'est-ce que le diable ? Existe-t-il vraiment ? Est-il, comme le croient les fondamentalistes chrétiens ou islamiques, en passe de détruire le monde - à l'aide des médias, des cartels de la drogue, des rythmes de 'Heavy Metal' et des nouveaux cultes sataniques ? Prend-il, puissance obscure invisible, le destin du monde entre ses mains au moindre relâchement de notre attention ? Qui se rapproche du diable se voit bientôt confronté à une de ses principales caractéristiques : l'habitude qu'a Satan de troubler les esprits en se servant de paradoxes et de les perdre dans des cercles vicieux mentaux (Ainsi, le mot grec diabolos, d'où vient le mot diable, signifie-t-il à l'origine déconcerter, troubler). Qui est le diable ? Réponse paradoxale : tout d'abord la victime de la plus grande condamnation qu'ait jamais connue l'Histoire. L'Américain Jeffrey Burton Russel, théologien de l'Université de Santa Barbara : Le diable est le produit dérivé d'un changement de paradigme qui s'est produit dans le christianisme primitif : la naissance du 'Bon Dieu'.

Car qui serait alors responsable des meurtres et assassinats, de la faim, des morts d'enfants et de l'injustice ? On a cherché et trouvé le bouc émissaire. C'est le diable, l'antagoniste de Dieu.
On a repris de lui l'emblème du serpent, la forme sous laquelle le diable incarné s'est approché des hommes dans le jardin d'Eden.

L'élément le plus contradictoire et séduisant de toutes les incarnations du diable est toutefois la forme biblique de Lucifer. Ange préféré de Yahvé, épine dans le pied de Dieu. Un être chatoyant, qui entraîne les hommes à manger du fruit de l'arbre de la connaissance - et qui apporte ainsi l'ego, la conscience de soi, l'esprit de contradiction et le désir de chercher dans le monde. En fait, Lucifer, dit Jeffrey Burton Russel, incarne précisément les valeurs de la société de production moderne : la conscience de soi, le désir du pouvoir et la curiosité, même quand il s'agit de percer les secrets dangereux (p. ex. la recherche génétique).

Tout cela a amené le bel ange à se révolter contre Dieu, à se sentir l'égal de Dieu ('Je monterai sur le sommet des nues, je serai semblable au Très-Haut'). C'est ainsi qu'il fut finalement déchu des cieux. Et avec lui tombèrent tous les anges qui s'étaient ralliés à lui ; ils devinrent les démons. Le mythe de Lucifer et de 'l'ange du mal' déchu des cieux n'existe d'ailleurs pas seulement dans la Bible. Selon Carl-Friedrich von Steegen, auteur du livre « Satan, Porträt des Leibhaftigen (1) » en 1998, il est également présent dans presque toutes les cultures du monde. Il est possible qu'il représente le souvenir collectif de l'humanité de catastrophes cosmiques antiques comme des chutes de météores.

Le spécialiste actuel du Vatican, le prélat Corrado Balducci, ancien exorciste en chef du diocèse de Rome, a exposé en 1988 l'état de ses connaissances. Selon lui, Satan est présent à l'heure actuelle sur la terre sous 1.758.640.176 formes différentes.

Le premier portrait robot du diable fut publié dans la vision apocalyptique de l'évangéliste Jean : des yeux incandescents, des griffes et des dents redoutables, une gueule crachant des flammes. Plus tard, il sera affublé d'un pied bot consécutif à sa chute du ciel.

Toutefois, mieux vaut en réalité ne pas badiner avec Satan. Puissance du mal, il est aujourd'hui encore actif sur l'ensemble de la planète, allume des foyers de haine, de fanatisme et d'aveuglement. Il constitue peut-être la plus vieille excuse du monde pour les actes graves allant jusqu'au meurtre. En juillet 2001, Manuela (23 ans) et Daniel Ruda (26 ans), adorateurs du diable, tuaient de 66 coups de couteau et de marteau Frank H., un collègue de travail âgé de 33 ans. Satan lui-même avait agi à travers eux, expliquèrent-ils devant le tribunal de grande instance de Bochum (Allemagne), déclinant toute responsabilité pour leur acte. Daniel Ruda : 'Nous ne sommes pas des assassins. Dans un accident de la circulation, on n'incrimine pas l'auto, mais le conducteur. '

Alors que se développent de nouvelles théories sur le diable naissaient au 19e siècle les 'cultes sataniques', qui existent en grande partie encore aujourd'hui. (À ne pas confondre avec les gangs de jeunes agissant également sous ce nom et qui - en signe de rébellion contre l'establishment - saccagent des cimetières.) Leur dogme : la 'dédiabolisation' du plaisir des sens et de la promiscuité sexuelle, l'abandon de la morale et de la bonté de l'homme. 'Fais ce que tu veux, c'est la seule loi', est la règle de vie revendiquée par Aleister Crowley (1875-1947), une des figures les plus importantes du satanisme. De même, la 'Church of Satan', fondée en 1966 aux Etats-Unis et qui est certainement la plus grande association satanique, comptant selon les estimations 20.000 membres dans le monde, prêche l'absence de scrupules et l'égoïsme. Elle a été créée par Anton Szandor LaVey, qui interprétait le rôle du diable dans 'Rosemary's baby', le film de Polanski.

Le diable ne serait-il donc plus qu'une icône pour des pseudo-religions ? A-t-il fait son temps, n'est-il plus celui à qui on vend son âme, qui fait peur ou qui représente la puissance des ténèbres ? Dans une récente enquête pour P. M., 23 pour cent des mille personnes interrogées (parmi lesquelles étonnamment beaucoup d'employés) affirment : 'je crois que le diable existe' ; 14 pour cent considèrent possible que l'on puisse conclure un pacte avec le diable et 9 pour cent avouent avoir peur de lui. Toutefois, la grande majorité des gens voient le diable comme une invention destinée à expliquer le mal (68 pour cent) ou comme un instrument de pouvoir par lequel l'Eglise essaie d'exercer une pression (49 pour cent).

Néanmoins, une autre réponse tout aussi fréquemment donnée est également intéressante. Près de la moitié des personnes interrogées affirment aussi : le diable est en nous. Admettons-le : cette idée est tout sauf nouvelle. Saint Augustin et Martin Luther avaient déjà identifié le monde intérieur comme véritable champ de bataille du diable. Il fallut toutefois attendre l'avènement de la psychologie pour que cette idée s'impose : le diable incarné n'existe pas, il s'agit d'énergies morales négatives.

Il est toutefois possible que le fait que nous jetions petit à petit le diable par-dessus bord soit sa plus grande victoire, et non la nôtre. »

Cette tentative d'analyse démontre à quel point il est difficile d'avoir des certitudes quant à l'existence du diable. Les avis à ce propos divergent largement et vont d'une peur concrète du diable jusqu'à la caricature et la blague en passant par l'idée qu'il est une invention pour expliquer le mal. Toutefois, que l'on croie ou pas en l'existence du diable, il ne fait aucun doute que le mal existe, et ce, jusque dans l'horreur la plus terrible, incommensurable et inhumaine. Dès lors, les questions suivantes s'imposent naturellement : D'où vient le mal ? Quelle est son origine ? Le mal est-il un produit de l'évolution ? Est-ce que la « soupe originelle » était aigre et a débordé, répandant le péché ? Ou quelque chose d'autre se cache-t-il derrière cela ? Où sont les causes de l'horreur et du mal, l'origine de la mort et de la peur ?

La vérité sur le diable ne peut nous être donnée que par le livre de la vérité, la Bible. Elle seule nous fournit des informations fiables sur l'origine et le but de l'homme. Qu'a-t-elle à nous dire sur l'existence de Satan ?

Benedikt Peters écrit pour introduire son livre « Geöffente Siegel (2) » : « D'où vient que nous ayons d'une part le sens de la beauté, du bien et du vrai, que nous nous réjouissions de l'harmonie de couleurs, de formes et de sons, et que, d'autre part, nous possédions des traits aussi répugnants que l'envie, la haine, le mensonge et l'avidité ? Et d'où vient la souffrance ? Pourquoi certaines choses font-elles mal ? Dans les trois premiers chapitres de la Bible, Dieu nous donne des réponses à ces questions, qui auraient été insolubles sans Son aide. »

Dans les trois premiers chapitres de la Parole divine, il nous est dit que le diable existait déjà avant la création de l'humanité et que le péché est entré dans le monde parce qu'il séduisit Adam et Eve. La philosophie et la psychologie ne nous donnent à coup sûr aucune réponse aussi satisfaisante sur l'origine et la présence du mal que celle que nous offrent les Saintes Écritures. Au moins sept livres de l'Ancien Testament attestent de l'existence du diable (Gen. ; 1 Chron. ; Job ; PS. ; Esaïe ; Ezéch. et Zach.). L'existence et l'action du diable sont confirmées sur pratiquement toute la longueur du Nouveau Testament. Jésus-Christ Lui-même en parle. Vingt-cinq des vingt-neuf mentions du diable dans les quatre Évangiles sortent directement de la bouche du Seigneur (par ex. Matth. 13,39 ; Luc 10, 18 ; 11, 18 etc.). On parle clairement de Jésus tenté par le diable, mais le Seigneur, au contraire d'Adam, a résisté et vaincu la tentation (p. ex. Luc 4,1 et suivants).

L'origine de Satan
Satan est un ange créé, donc une créature de Dieu. Il ne possède dès lors pas les caractères divins comme la toute-puissance, l'omniscience ou la présence universelle (Job 1,7). Il est cependant riche en expérience et il a à sa disposition une armée nombreuse de démons, ce qui lui permet d'influencer et de contrôler le monde entier. Il appartient à l'ordre des chérubins (Ezéch. 28,14) ; il est fort possible qu'il était le plus élevé des anges. Lorsque l'archange Michel « contestait avec le diable et lui disputait le corps de Moïse », il n'osa pas « porter contre lui un jugement injurieux, mais il dit. Que le Seigneur te réprime ! » (Jude 9). Par sa chute dans le péché, il est devenu l'archange du mal et le maître de tous les démons. C'est pourquoi il est qualifié de « prince de la puissance de l'air » (Eph. 2,2).

En Esaïe 14,12-17 et Ezéchiel 28,11-19, nous apprenons certaines choses sur l'origine de Satan. Esaïe le décrit comme « l'astre brillant » et « fils de l'aurore ». Le nom latin Lucifer signifie « celui qui apporte la lumière ». En Ezéchiel, il est dit de lui : « Tu mettais le sceau à la perfection ; tu étais plein de sagesse, parfait en beauté ». Sa résidence était dans le jardin d'Eden, le jardin de Dieu ; il « était couvert de toute espèce de pierres précieuses ». Il était « sur la sainte montagne de Dieu, marchant au milieu des pierres étincelantes ». Il se tenait donc au contact direct de Dieu. Il était un « chérubin protecteur, aux ailes déployées », au début parfait dans ses voles. Bon nombre d'exégètes pensent qu'il était même l'ange dirigeant la musique ; pour l'affirmer, ils s'appuient sur Ezéchiel 28,13: « Tu étais en Eden, le jardin de Dieu ; tu étais couvert de toute espèce de pierres précieuses, de sardoine, de topaze, de diamant, de chrysolithe, d'onyx, de jaspe, de saphir, d'escarboucle, d'émeraude et d'or ; tes tambourins et tes flûtes étaient à ton service, préparés pour le jour où tu fus créé. » Nous avons ici une explication du fait que la musique est actuellement grandement dégénérée et que bien des compositions musicales exercent une forte influence occulte. De nombreuses personnes, surtout des jeunes, sont littéralement subjuguées par elle. La musique est devenue une sorte de religion d'ersatz. Ce n'est certainement pas un hasard si les premiers inventeurs des instruments de musique sont de la descendance de Caïn. Cela ne signifie cependant pas que toute la musique soit mauvaise, car elle a été créée par Dieu. Ainsi, le roi David inventa, lui aussi, des instruments. Il y a néanmoins une différence entre la musique spirituelle et celle que l'on peut qualifier de « névrosée », qui excite, est dégénérée, et peut conduire à l'agressivité, à l'extase et à la confusion.

La chute de Satan dans le péché
Jésus appelle Satan le « père du mensonge » et le « meurtrier dès le commencement » (Jean 8,44). Il apparaît ainsi clairement qu'il est le procréateur du péché. Ezéchiel nous dit que l'iniquité s'est soudainement trouvée en lui (Ezéch. 28,15). Il ne nous est pas indiqué comment cela est arrivé. Mais il a péché de sa propre initiative, sans que Dieu l'y ait poussé. Bien des choses négatives peuvent se produire avec la permission divine, alors que Lui-même ne les provoque pas. Satan fut créé « parfait » (Ezéch. 28,12). Mais le Créateur ne peut être tenu pour responsable de l'entrée du péché.

Le péché est né dans le coeur de Satan, au départ de son ambition, née de son orgueil illimité, d'être semblable au Très-Haut (Es. 14,13-14). Ezéchiel rapporte qu'il (Satan) « a été rempli de violence et a péché » (Ezéch. 28,16). Son coeur s'est enflé à cause de sa beauté. Un tiers des anges s'est laissé entraîner par l'orgueil de Satan ; ils sont ainsi devenus des démons (Apoc. 12,3-4. 7-9).

Parce que l'homme s'est laissé séduire par Satan et est tombé dans le péché, il se trouve sous sa domination. Satan a même le pouvoir sur la mort. La chute d'Adam dans le péché a fait de Satan le prince de ce monde, lequel exerce son influence sur tous les peuples.

Le but de Satan
Satan hait ce qui est divin et tout particulièrement Jésus-Christ. Il veut à tout prix empêcher l'établissement du royaume de Dieu. Le but du diable est d'aveugler tous les êtres humains pour qu'ils n'acceptent pas l'Évangile du salut (2 Cor. 4,4). Avec l'aide de ses démons, il veut entraîner dans la perdition le plus grand nombre possible d'âmes, en faire ses prisonniers dans les ténèbres. Cela ressort clairement des quatre Évangiles. On tombe sous l'influence de Satan, quand on s'ouvre à l'occultisme (la divination, la lecture des lignes de la main, le spiritisme, l'astrologie, la magie noire et la blanche), ou également quand on se livre à l'alcoolisme, à la drogue et à la pornographie. Les conséquences peuvent être des dépressions et des pensées de suicide, des angoisses et un profond mécontentement allant jusqu'à la haine. Il se fait en outre que ces gens se ferment soudainement définitivement à l'Évangile et qu'ils réagissent avec agressivité tout particulièrement au nom de Jésus. Dans le pire des cas, les liens occultes peuvent devenir de la possession. Celui qui tiendrait cette description pour exagérée devrait considérer froidement la situation de notre monde et voir s'il y a une meilleure explication à la cruauté et à la violence qui y règnent.

De plus, le but de Satan consiste à établir un royaume opposé à celui de Dieu, à créer un système mondial, d'où l'Éternel serait totalement exclu (le « Nouvel ordre mondial »). À la fin de l'ère actuelle, il essaiera de dresser toutes les nations contre le royaume de Christ devant s'installer à Jérusalem, afin de le détruire (Apoc. 16,13-16). Ainsi s'explique la forte haine du monde à l'endroit du peuple juif, car c'est là en Israël que Dieu établira le royaume de Son Fils et qui sera finalement en bénédiction pour toutes les nations. En outre, le diable amènera le monde à accepter l'Antichrist comme son « sauveur » (Apoc. 13). Comme Satan a du pouvoir sur ce monde et y a des possessions, il utilisera ses gloires pour séduire l'humanité comme il l'a toujours fait (Matth. 4,8-9 ; Luc 4,5-7).

Le vainqueur de Satan
Jésus est le vainqueur du diable. Il a triomphé de Satan, du péché et de la mort. Comme vrai homme, Il a été tenté par cet adversaire (Satan) tout comme Adam et Eve, mais Il a résisté et infligé ainsi une défaite au tentateur. En tant qu'homme sans péché, Il a rétabli l'ordre spirituel tel qu'il existait avant la chute en Eden. Comme tous sont devenus des pécheurs par Adam, tous peuvent maintenant être délivrés du péché par Jésus. C'est pourquoi Christ est appelé le second ou dernier Adam (1 Cor. 15,45-47). Jésus est venu pour détruire les oeuvres du diable, ce qu'Il a réalisé par Sa vie sans péché, Sa mort sur la croix et Sa résurrection. Il est écrit en Hébreux 2,14-15: « Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c'est-à-dire le diable, et qu'il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude. » Cette rédemption, que Jésus a accomplie sur la croix de Golgotha, fut annoncée immédiatement après la chute dans le péché, lorsque Dieu dit au serpent : « Je mettrai inimitié entre toi et la femme, entre ta postérité et sa postérité : celle-ci t'écrasera la tête, et tu lui blesseras le talon » (Gen. 3,15). Comme signe qu'avec la venue de Jésus s'ouvrait le temps du salut, Il chassa beaucoup de démons et délivra de nombreuses personnes de leurs liens avec Satan ou ses démons. Il pardonna des péchés et apporta la paix aux hommes. La venue du Seigneur avait un but bien concret : « Il a effacé l'acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l'a détruit en le clouant à la croix ; il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d'elles par la croix » (Col. 2,14-15).

Tout être humain qui s'empare par la foi de la rédemption réalisée par Jésus obtient un plein pardon et la délivrance. Il sort ainsi de l'emprise de Satan pour entrer dans le royaume de Dieu et son autorité. La Bible dit à cet égard : Il « nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume du Fils de son amour » (Col. 1,13).

La fin de Satan
Quand le Seigneur Jésus reviendra, Satan sera lié pour mille ans ; les royaumes de ce monde seront incorporés dans celui de Christ. C'est alors seulement que sera exaucée cette demande figurant dans le « Notre Père » : « Que ton nom soit sanctifié ; que ton règne vienne ; que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel » (Matth. 6,9-10).

À la fin de la période de mille ans, le diable et la mort seront jetés dans l'étang de feu et de soufre (Apoc. 20,1-3. 7-10. 14). Dieu créera de nouveaux cieux et une nouvelle terre, où la mort ne sera plus, et cela parce qu'il n'y aura plus ni péché ni deuil. À ceux qui croient en Jésus, la garantie est donnée d'une entrée dans le ciel.

Cher lecteur, chère lectrice, si vous êtes lié à Satan d'une quelconque manière, que ce soit par l'occultisme ou par toute autre chose, confessez-le donc au Seigneur Jésus dans la prière et demandez-Lui de vous délivrer. Il le fera très certainement, car : « Quiconque croit en lui ne sera point confus », et « Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé » (Rom. 10,11.13). N.L.



Les noms de Satan

La Bible emploie différents noms pour désigner le diable :

Satan (Matth. 4,10)
l'Adversaire (1 Pierre 5, 8)
Diable, en grec diabolos (calomniateur ou 'celui qui embrouille' ; Eph 6,11)
Béelzébul (seigneur des démons ; Matth. 12,26-27)
Bélial (infamie, méchanceté ; 2 Cor. 6,15)
Le malin (caractère ; Jean 17,15 ; 1 Jean 5,18)
Le serpent (ruse et sournoiserie ; Apoc 20,2)
Le dragon (puissance furieuse ; Apoc. 12,10)
L'accusateur (le délateur ; Apoc. 12,10)
Le tentateur (1 Thess. 3,5)
Le séducteur de l'humanité tout entière (2 Jean 1,7 ; Apoc 20, 8)
Le prince de monde (ou : dieu de ce siècle, ou encore : vainqueur des nations ; Es. 14,12 ; 2 Cor. 4,4)
Le prince de la puissance de l'air (Eph. 2,2)
L'esprit qui agit dans les fils de la rébellion (Eph. 2,2)
Le prince du monde des ténèbres et l'esprit méchant dans les lieu célestes (Eph. 6,12)
Meurtrier dès le commencement (Jean 8,44)
Père du mensonge (Jean 8,44)
Ange de lumière (2 Cor. 11,14).
(1) Satan, portrait du diable, NDT
(2) Scellé ouvert ; NDT

Revenir en page d'ACCUEILhttp://solitude.leforum.eu


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 19:23 (2016)    Sujet du message: Le diable existe-t-il ?

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FORUM Chrétien EVANGELIQUE Index du Forum -> SUJET SUR LA VIE CHRETIENNE -> Vie Chrétienne -> LES ARMES DE DIEU Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Portail | Index | Creer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Template zenGarden created by larme d'ange
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com